Actualités

Les images du Tôt
Le village du Tôt
 -  Ses histoires
+ La mère Denis
L'extension portuaire
+ Le projet
+ Ou sinon ...
L'association

Nos motivations et nos actions.
Entrez !

Espace adhérents
accéder aux pages réservées:
A mi-chemin entre 2 bourgs



SON HISTOIRE

Nous avons peu de renseignements sur l’histoire du village du Tôt, les recherches sur le sujet étant rares.

Son nom lui reste des invasions scandinaves du premier millénaire.
M. Jean Barros, historien du canton, nous apprend que l’appellatif norrois « Toft » ou « Topt » désignait initialement un terrain destiné à une habitation, puis il a désigné ensuite ce même terrain avec l’habitation. En Normandie, un toponyme en « Tot » désigne une maison avec ses dépendances ou un village, au sens de hameau, ou encore un domaine rural.

Avant la fusion avec Carteret, le village du Tôt se trouvait sur le territoire de Barneville.
Mais par sa situation géographique, à mi-chemin des deux bourgs, il a toujours eu les yeux tournés vers la mer… et les pieds sur terre.

En 1724, il y avait 5 « tendeurs de basse-eau » (pêcheurs à pied) au village du Tôt.
Au début des années 50, il y avait encore 3 exploitations agricoles en activité.
Les maisons anciennes ont été construites du XVIIème au XIXème siècle et étaient occupées par des pêcheurs et des laboureurs.
Dans son ouvrage « le canton de Barneville – le patrimoine », M. Jean Barros fait état, sur l’une de ces maisons, au bord d’une chasse menant à des clos voisins, d’une porte à linteau en accolade plate et des petits jours à bords chanfreinés.
A l’intérieur d’une autre maison existe encore un escalier à vis en pierres datant de la fin du XVIème ou début du XVIIème siècle.
Ces maisons étaient couvertes en chaume, matériau extrêmement combustible, ce qui explique l’incendie qui ravagea, un samedi soir de décembre 1894, trois maisons contiguës du hameau.

Depuis, des matériaux plus modernes ont été utilisés lors des différents travaux de construction, agrandissement ou amélioration entrepris et les sinistres subis par les habitants étaient provoqués par la montée des eaux.
Avant que le niveau du chemin soit remonté et le talus édifié le long de la Gerfleur dans les années 70, la mer envahissait régulièrement le village aux grandes marées, allant jusqu’à entrer dans les maisons.

A suivre .......