1. Généralités

1.1 Nomenclature

Les glucides sont aussi appelés sucres. Leur nom se termine en général par le suffixe "ose" (ex: Saccharose qui est le sucre de table, glucose, maltose, lactose, cellulose, ...). Pour certains sucres on fait précéder leur nom d'une lettre majuscule D ou L (ex: D-glucose). Pour représenter un sucre, en chaîne linéaire (représentation de Fischer), on met la fonction la plus oxydée en haut et la fonction la moins oxydée en bas. Puis on regarde le groupement -OH le plus en bas s'il est à gauche on parle alors de L-glucose, par contre s'il est à droite on parlera de D-glucose (cas de l'exemple ci-après).

Jusque là c'est simple, seulement histoire de compliquer les choses encore un peu plus, on parle aussi de a-D-glucose et de b-D-glucose. Car en fait les formes linéaires sont toujours en équilibre avec une forme cyclique. Sur cette forme cyclique, il y a une position anomérique, avec un groupement qui est au dessus (b) ou en dessous (a). Cette représentation cyclique s'appelle la représentation de Haworth .

Toujours pour compliquer notre affaire, parlons nomenclature. Le cycle qui se forme peut être à 6 chaînons (5 carbones + 1 oxygène) on parlera donc de glucopyrannose, mais le cycle formé peut aussi être à 5 chaînons (4 carbones + 1 oxygène), on parlera alors de glucofurannose.

Dans la représentation de Haworth, la position ici marquée est celle qui détermine la configuration D ou L d'un glucide.

Dans la représentation de Haworth, la position ici marquée est la position anomérique. Elle permet de donner la forme a ou b d'un glucide.

1.2 Position anomérique

C'est une position très réactive, on notera que l'anomère le plus réactif est celui en position a. Lors des réactions radicalaires et celles passant par un carbocation, c'est le radical ou le carbocation a qui se forme de façon prioritaire à cause des lobes orbitalaires de l'oxygène qui gène la position b. Néanmoins on peut favoriser la position b en encombrant fortement le carbone voisin de la position a.

 

 

2. Chimie des Sucres

2.1 Action du méthanol en milieu acide            

On fait une réaction d'éthérification. Pour déplacer l'équilibre dans le sens de la formation du cycle, il faut éliminer l'eau formée au cours de la réaction.

2.2 Oxydations

2.2.a Phénylhydrazine

2.2.b Br2 / H2O

Seul l'aldéhyde est oxydé en acide carboxylique.

2.2.c HNO3

Oxydant assez fort puisqu'il permet d'oxyder l'aldéhyde mais aussi l'alcool primaire en acide carboxylique.

2.2.d Action de l'acide périodique

             Comme on l'a vu pour les alcènes, l'acide périodique fait une coupure oxydante des diols.

2.2.e Traitement à l'ozone

On remarque que les "sucres" sont résistants à l'ozone, on peut donc utiliser l'ozone pour faire des réactions sur les fonctions du sucre.

2.3 Dégradation de Whol

La pyridine va réagir sur le H (en rouge d'après une réaction acido-basique) pour faire une élimination de AcOH et former la fonction Nitrile.

Revenons sur cette réaction : dans la seconde étape, par action de l’anhydride acétique, on va acétyler tous les groupements hydroxy, puis par action de la pyridine on forme le nitrile :

2.4 Dégradation de Ruff

Elle permet elle aussi de réduire la chaîne par élimination d'un atome de carbone.


2.5 Protection des alcools vicinaux

2.6 Agrandissement des chaînes

La réaction de Kilieni-Fisher  permet un agrandissement de chaîne, c’est l’inverse de la dégradation de Whol.

2.7 Action de l'hydroxylamine

2.8 Synthèses diverses

Le point de départ de la synthèse, avant protection est le produit suivant :


 

Pour plus d'informations ...
Pour aller plus loin ...