1. Généralités

La chimie de l'étain est très développée, aussi bien en chimie "classique" qu'en chimie sur support solide. Nous n'aborderons dans ces pages que l'aspect chimie classique. La chimie de l'étain se partage en trois grandes parties :

  • Les réactions d'échange métal -étain
  • La chimie radicalaire (dont nous n'aborderons qu'un seul exemple dans cette page, ce point étant largement développé dans le chapitre sur les réactions radicalaires)
  • Les réactions de couplage

2. Réaction d'échange étain - lithien

            Grâce à cette méthode de synthèse, il est possible de préparer des substrats de type Bu3SnR avec un R quelconque (vinyl, benzyl, alkyl, CH2OR'). Puis, par action d'un organolithien (ici le butyllithium) sur ce stannane on obtient l'organolithien voulu.

            Par cette méthode il est ainsi possible de préparer des composés tels que LiCH2OR' sans passer par des substrats comme ClCH2OR' qui sont réputés pour être cancérigène.

Exemple d'application de cette méthodologie, le lithien ainsi obtenu est ensuite fonctionnalisé en cuprate pour réagir sur la cétonea,b‑insaturée.

3. Réactions radicalaires

            Les composés de l'étain et notamment Bu3SnH sont largement utilisés en chimie radicalaire, ils permettent de faire un grand nombre de réactions (voir le chapitre des réactions radicalaires) comme par exemple de réduire des fonctions cétones en alcools.

4. Réactions de couplage

            L'autre grand type de réaction, c'est la réaction de couplage aussi connue sous le nom de réaction de Stille. Pour cela on prend deux molécules, la première contient une partie avec d'étain (c'est-à-dire un groupe SnBu3), la seconde est en général une molécule contenant un atome d'halogène, mais il est a noter que la réaction peut aussi avoir lieu dans le cas d'un groupe OTf. A noter que la réaction peut avoir lieu aussi bien en version intermoléculaire qu'en version intramoléculaire. J. K. Stille Angew. Chem. Int. Ed. 1986, 25, 508.

Ce type de réaction est assisté par des sels de palladium, ces sels sont en général de type Pd(PPh3)4, Pd(PPh2)Cl2.

Le mécanisme invoqué est le suivant :

            Exemples d'applications en version intra et intermoléculaire :

 

5. Réduction d'alcyne en vinylstannane

La réduction décrite par Guibé (J. Org. Chem. 1990, 55, 1857) et Pattenden (J. Chem. Soc., Perkin Trans. 1 1996, 2417) permet de réduire des bromoalcynes pour donner des vinylstannes de stéréochimie E.

Les bromoalcynes sont préparés à partir des alcynes correspondant par action de NBS en présence de nitrate d'argent (Angew. Chem., Int. Ed. Engl. 1984, 727).

 

6. Echange Halogène – Etain

Les réactions suivantes sont des réactions d'échange entre l'étain et un halogène :

 

Pour plus d'informations ...
Pour aller plus loin ...