Les Sept jours de la Création
(18/03/2003)


Grâce à la transmutation régulière des matériaux radioactifs, on a pu dater précisément la formation de la Terre et des autres planètes, à partir d'un nuage de poussières qui tournait autour du Soleil : cela s'est passé il y a 4,55 milliards d'années.

On a beaucoup moins de certitude sur l'apparition de la vie, du fait que les premières roches ont été englouties dans les profondeurs de la Terre par les mouvements de convection (ces mouvements qui sont responsables de la «dérive des continents»). Les plus anciens fossiles connus datent de 3,6 milliards d'années, mais de nombreux indices de nature chimique laissent penser que a vie existait déjà il y a plus de 3,8 milliards d'années. Retenons donc 3,9 milliards d'années comme date plausible d'apparition de la toute première forme de vie, soit 650 millions d'années après la formation de la Terre.

La Terre étant restée franchement inhabitable peu avant cette époque, il semble que la vie est apparue très vite lorsque les conditions sont devenues favorables. Certains pensent même qu'elle est apparue plusieurs fois, des impacts avec de gros astéroïdes durant les premières centaines de millions d'années ayant pu stériliser complètement la Terre : les premières formes de vie auraient donc toutes été éliminées, pour être remplacées plus tard.

Quoi qu'il en soit, après l'apparition de la vie, l'évolution semble avoir stagné pendant plus de trois milliards d'années : c'est le temps qu'il a fallu pour passer des premières bactéries aux organismes pluricellulaires les plus simples, des algues ou des sortes de vers très primitifs.

Mais il y a environ 600 millions d'années, les animaux ont commencé à présenter une morphologie complexe, et l'évolution est devenue franchement explosive il y a quelque 550 millions d'années. C'est ainsi que sont apparus très rapidement (à l'échelle de la planète) des formes de vie fantasmagoriques à côté desquelles l'ornithorynque apparaîtrait d'une consternante banalité. Les noms même de ces créatures révèlent la surprise des paléontologues :

Hallucigenia : on discute encore pour savoir où se trouvent le haut et le bas, l'avant et l'arrière !

Hallucigenia animé

Anomalocaris : et vous ne voyez pas sa bouche, fonctionnant comme un diaphragme d'appareil photo !

Anomalocaris animé

Opabinia : le plus étrange de tous avec ses cinq yeux et sa trompe terminée par une pince !

Opabinia animé

Les animations sont extraites du site japonais «prehistoric world»... Ces animaux ayant beaucoup inspiré les informaticiens, vous pourrez en trouver de nombreuses animations Java sur Internet, notamment sur le site de Shihama Yoshiaki (ça doit être un Japonais). Pour une description plus «académique» de cette «faune de Burgess» (que l'on a retrouvée tout autour du Globe), visitez la page Biospère de l'Université de Lyon... Et mieux encore, lisez le merveilleux livre du regretté Stephen Jay Gould La Vie est belle, qui a popularisé cette époque particulière de l'évolution.

Au milieu de toutes ces créatures, il y avait une sorte de limace munie d'un embryon de squelette, qui n'avait rien de particulier sinon qu'elle devait nager plus vite que les autres : le pikaia, notre ancêtre !

Tout cette faune a disparu aussi vite qu'elle était apparue, après moins de vingt millions d'années d'existence.

Cet épisode de l'évolution a été si brutal qu'on parle «d'explosion du Cambrien»... Certains y voient la preuve d'une intervention divine, et d'autres un bouleversement climatique ayant mis fin à une période de glaciation extrême (les indices s'accumulent en faveur de cette théorie de la «Terre-boule de neige», alors que Dieu se montre plutôt discret).

Ce qui est sûr, c'est que cet épisode a marqué le point de départ d'une évolution accélérée : il n'a fallu que six cent millions d'années, à peine le sixième de l'histoire de la vie, pour passer des vers primitifs aux animaux intelligents.

Décidément, il semble que les deux étapes les plus incomprises de l'évolution, l'apparition de la vie et sa complexification jusqu'à l'intelligence, ont été en fait les plus faciles... Cela donne nettement l'impression qu'elles étaient inéluctables, ne résultant ni d'une extraordinaire succession de hasards ni d'une intervention divine.

Amusons-nous à diviser les 4,55 milliards d'années de l'histoire terrestre en sept périodes égales de 650 millions d'années... On obtient alors une version de la Genèse quelque peu différente de celle que nous enseigne la Bible :

Le premier jour, Dieu créa le ciel, la terre et la vie.

Après ce gros effort, Dieu fut gagné par la fatigue et Il se reposa toute la semaine...

Le septième jour, Dieu décida qu'il était temps de se remuer un peu et de diversifier la vie; Il créa toutes les plantes et tous les animaux selon leur espèce, et termina par une créature faite à Son image : intelligente et irresponsable.

Suite possible :

À la fin du septième jour, Dieu vit ce que l'homme avait fait à la Terre... «Encore une création ratée, maugréa-t-Il, je ferai mieux la prochaine fois»... Et Dieu éteignit la lumière.

Robert Alessandri



Rubrique astronomie

Retour au sommaire

Écrire à l'auteur

Ce texte a été lu

fois depuis le 18/03/2003