Service d'information sur les météores et les rentrées atmosphériques
(09/03/2003)


Il y a une trentaine d'années, un service «satellites» existait à l'observatoire de Meudon pour informer le public sur les rentrées d'objets satellisés... Et il le faisait plusôt bien, même si son directeur ne voulait pas entendre parler d'ovnis !

Lorsque le CNES a plus tard décidé d'étudier les «phénomènes aérospatiaux non identifiés», autrement dit les ovnis, en créant le GEPAN, il a plus ou moins pris la place de cet ancien service de Meudon... C'était parfaitement justifié puisqu'on peut supposer que les satellites sont bien connus au CNES et qu'étudier les ovnis consistait tout d'abord à identifier ce qui pouvait l'être ! Et il n'y avait rien à y redire puisque ce travail était encore fait correctement et que le GEPAN communiquait volontiers les témoignages qu'il recevait, y compris des rapports de gendarmerie, aux autres chercheurs (par exemple lors de la rentrée d'un étage de fusée le 25 décembre 1980).

Mais tout s'est gâté lorsque le CNES a décidé en 1988 d'accorder une place plus importante aux rentrées atmosphériques, allant jusqu'à transformer le GEPAN en SEPRA, Service d'expertise des phénomènes de rentrées atmosphériques. Un service dont la fonction première devenait l'étude des rentrées de satellites aussi bien que des météores, celle des ovnis passant au second plan. Depuis ce jour, aussi surprenant que cela puisse paraître, non seulement ce service fait preuve de sa plus totale incapacité à rendre compte d'une rentrée atmosphérique, phénomène dont il ignore les notions les plus élémentaires, mais il cherche à avoir une mainmise totale sur les témoignages s'y rapportant, refusant de les communiquer même à des spécialistes reconnus et mondialement réputés comme Pierre Neirinck ! Vous pouvez constater l'ampleur de cet incroyable scandale en consultant la rubrique que nous lui avons consacrée.

Finalement, en 2000, se rendant compte après douze ans de soutien inconditionnel à son service «d'expertise» faisant preuve de l'incompétence la plus absolue, le CNES a préféré changer discrètement son nom, en conservant les initiales SEPRA qui signifient désormais Service d'étude (ou d'expertise, on ne sait pas trop) des phénomènes rares atmosphériques (ou aérospatiaux, on n'a pas vraiment décidé, dans la précipitation !)

Bref, il n'y a officiellement plus personne pour informer le public sur des phénomènes dont l'impact peut être assez important (pour les esprits en tout cas), et on ne peut guère compter sur les astronomes qui pour la plupart ne s'y intéressent pas (on ne peut leur en vouloir, l'astronomie étant un domaine bien vaste où l'atmosphère n'est le siège que d'épiphénomènes généralement considérés comme perturbateurs) et répondent souvent des sottises lorsqu'on les interroge à ce sujet.

Et il est clair qu'il y a un réel besoin d'information, aussi bien chez le grand public, les journalistes ou les pilotes d'avion (on s'en rend bien compte lorsque ces derniers, surpris par une observation parfaitement typique d'un gros météore, commencent par se poser de saines questions et attendent des réponses de spécialistes... Mais lorsqu'ils rencontrent celui du CNES, ils ressortent de cette entrevue persuadés qu'ils ont été confrontés à un phénomène dépassant la compréhension de l'humanité que les autorités cherchent désespérément à cacher, hormis bien sûr notre spécialiste national des affaires non classées).

Alors, puisque nous nous sommes beaucoup intéressés aux rentrées atmosphériques, en particulier depuis que le chef du SEPRA nous poursuit en justice pour avoir dénoncé sa totale incompétence, nous avons décidé de jouer ce rôle que le SEPRA n'a jamais tenu... La différence, c'est que nous ferons ce travail sans être payés (exactement l'inverse du chef du SEPRA, donc), et que nous ne nous prétendrons pas experts : nous en savons beaucoup plus dans ce domaine que celui qui s'est présenté pendant douze ans comme l'expert officiel, mais d'autres que nous en savent encore bien plus !

Notre intention est d'expliquer en termes simples le mouvement des satellites, les phénomènes en oeuvre lors d'une rentrée, l'aspect que cela peut avoir, les différences entre les rentrées de satellites et les météores...

Et nous serons en mesure de fournir des explications claires et correctes lorsque se produira la prochaine rentrée atmosphérique importante, pour que les ufologues puissent enfin faire la différence entre les observations parfaitement identifiées et celles qui posent un réel problème. Mais pour cela, nous aurons besoin de vos témoignages, puisqu'il ne faut guère compter sur la collaboration de celui qui au CNES continue à être le destinataire privilégié de rapports officiels et ne cesse de clamer que les pauvres amateurs que nous sommes gênent son travail de scientifique !


Rubrique rentrées atmosphériques

Retour au sommaire

Nous écrire

Ce texte a été lu fois depuis le 09/03/2003