Au sujet de «l'opération Ovnithon»
(15/03/2004)


Comme prévu, la Cour de cassation a confirmé le jugement en appel m'ayant condamné dans l'affaire m'opposant à M. Velasco, alors même que ledit jugement violait la loi de façon flagrante et incontestable... Par contre, je craignais un peu que le motif invoqué sans me consulter et contre mon gré par l'avocat que l'on m'a imposé ne soit valable, et que je l'aie donc accusé à tort d'avoir joué le jeu de mon adversaire... Me voilà donc rassuré, mais j'attends de recevoir le texte du jugement en Cassation pour aller plus avant.

De son côté, Jean-Pierre Petit a décidé d'anticiper un peu ce jugement, et de lancer un «ovnithon» (en donnant très généreusement l'exemple) pour me venir en aide à la fois financièrement et moralement. Et en quelques jours, ce sont 80 personnes (voir la liste sur son site) qui ont fait des «promesses de dons» couvrant déjà presque le montant de ma condamnation...

J'avais jusqu'à présent toujours repoussé des propositions d'aide financière, d'autant plus qu'il y a encore quelques mois j'étais tout à fait sûr que la Cour de cassation ne pourrait que casser un jugement dont l'illégalité saute aux yeux... J'ai encore perdu une de mes belles illusions sur la justice française ! Il m'en reste encore quelques-unes (et aussi sur la justice européenne), mais en attendant Velasco a montré qu'il était prêt à aller jusqu'au bout, et après avoir saisi mes économies il n'allait sûrement pas hésiter à saisir mon matériel informatique, ce qui lui aurait permis d'atteindre son but véritable : me faire taire... Ça aurait sûrement arrangé pas mal d'autres personnes, mais il y en a apparemment au moins 80 qui apprécient ce que j'écris !

J'ai donc finalement décidé d'accepter, en espérant bien que ça sera provisoire et que le Cnes, ou la justice, finiront par contraindre Velasco à me restituer ce qu'il m'a pris... Auquel cas je rembourserai ceux qui m'auront aidé.

Parce que je ne renonce pas à me battre : j'ai été condamné de façon totalement illégale (la question de savoir si j'aurais pu l'être de façon légale ne se pose même pas puisque Velasco ne veut absolument pas d'un procès légal, dans lequel le juge devrait apprécier les preuves que je donne de son incompétence), ça n'est pas normal et je ferai tout pour que ça soit reconnu. Je vais maintenant déposer une plainte au Procureur général de la Cour de cassation contre mon avocat, et un recours auprès de la Cour européenne des droits de l'homme...

Tout ça prendra du temps, mais les choses pourraient accélérer si cette affaire commençait à faire vraiment du bruit (et ça semble s'amorcer... Beaucoup d'ufologues et aussi de scientifiques commencent à trouver que Velasco est allé trop loin, et que les anomalies juridiques sont trop graves pour qu'ils continuent à se taire), et à porter une atteinte insupportable à l'image du Cnes ou à celle de la justice française. Alors, la meilleure aide que vous puissiez m'apporter est encore de parler de cette affaire autour de vous.

Si vous voulez en plus apporter votre contribution à «l'ovnithon» (qui sera arrêtée quand le montant de ma condamnation sera atteint — c'est fait, arrêtez les dons, mais pas les protestations ! —), envoyez un chèque, aussi modeste soit-il, à mon adresse :

Robert Alessandri, 81 rue Auguste Blanqui, 13005 Marseille.

Et signalez-le aussi à Jean-Pierre Petit jp-petit qui a lancé cette opération (sinon je le ferai)... Et envoyez aussi si possible un e-mail expliquant les raisons de ce geste à Jean-Jacques Velasco (jean-jacques.velasco@cnes.fr), en joignant une copie à Jean-Pierre Petit jp-petit qui listera toutes ces lettres de protestation. Et tant que vous y êtes, faites-en aussi une copie à Geneviève Campan (genevieve.campan@cnes.fr), sous-directrice Exploitation des systèmes opérationnels qu Cnes : je ne sais pas quel est son rôle exact, mais elle a répondu à des courriers adressés à Jean-Jacques Velasco par Henri Broch du Laboratoire zététique (je n'aime pas trop les zététiciens et particulièrement Broch, mais quand on leur ment comme l'a fait Velasco de façon éhontée il est naturel de le dire... Allez voir de quoi il s'agit, c'est assez édifiant).

Au-delà de mon cas particulier (et du sien), Jean-Pierre Petit suggère la création d'un «fonds de réserve» dans une structure associative (peut-être l'association Don Quichotte, qui cherche un peu sa voie) pour permettre à ceux qui dénoncent des choses dérangeantes de ne pas craindre les procès... Ça me paraît une idée à creuser, et j'invite ceux qui voudraient en discuter à le faire sur un forum de l'association Don Quichotte (rubrique «projets/actions»).

Je remercie par avance tous ceux qui auront participé à cette opération, en espérant avoir le plaisir de les rembourser très rapidement...

Et je remercie aussi tous ceux qui m'ont assuré de leur soutien et n'ont pas hésité à parler de cette affaire alors que la plupart des ufologues se taisaient pour ne pas discréditer le brave Velasco qui fait «une bonne promotion des ovnis» : Jean-Pierre Petit lui-même, qui m'a soutenu dès le début, ainsi que beaucoup d'adhérents de son association le Gesto; ceux de l'association Don Quichotte, du Cnegu et du Sceau-Archives OVNI, l'Afis (particulièrement Dominique Caudron), la revue Ufo-Log, Elisabeth Piotelat de la Cabine-télescope, André-Jacques Holbecq de Sapiensweb, Francine Fouéré et François Toulet du regretté Gepa, Grégory Gutierez de la liste Aleph, Jean-Jacques Yvars du Journal de l'ufologie, Cédric «le Cavalier solitaire» de Libre OVNI, les organisateurs et beaucoup de participants des Repas ufologiques parisiens... Et pardon pour ceux que j'oublie.

Robert Alessandri



Rubrique SEPRA

Retour au sommaire

Écrire à l'auteur

Ce texte a été lu fois depuis le 15/03/2004