5 novembre 1990 : le P.V. d'audition de Jean-Gabriel Greslé


Note du 29 novembre 2011 : Depuis la publication de ce texte, les PV de gendarmerie concernant les ovnis ont été publiés par le Geipan, et celui-ci se trouve, avec ceux des autres témoins de groupe, ici. J'ai décidé de conserver tout de même ce texte, en ajoutant en rouge le texte réel du P.V. Je n'avais pas fait beaucoup d'erreurs.

VSD a sorti tout récemment (fin octobre 2003) un de ses habituels numéros hors-série OVNI sous la direction de Bernard Thouanel, et comme toujours on peut y trouver pas mal de choses intéressantes...

En page 14, pour illustrer une interview de l'inévitable directeur du SEPRA Jean-Jacques Velasco en train de travailler sur sa base de données informatisée, on trouve une photo de deux rapports de gendarmerie relatifs à une des nombreuses observations du phénomène (ovni ou rentrée d'un étage de fusée ?) du 5 novembre 1990.

Deux PV de gendarmerie

Et il s'agit d'une des observations les plus intéressantes de cette soirée, faite à Gretz-Armainvilliers par six témoins dont le pilote de ligne Jean-Gabriel Greslé.

Greslé, auteur depuis de trois livres sur les ovnis, est celui que Jean-Jacques Velasco accusait d'avoir «rajouté une confusion supplémentaire» en affirmant à la radio «que ce qui avait été observé était incompatible avec la trajectoire fournie par la NASA» (dans Inforespace n° 96 de mai 1998, dont vous pouvez trouver les extraits concernés ici).

De son côté, l'enquêteur Joël Mesnard prétend dans un résumé récent que huit témoins (six en réalité... Le septième a été rajouté pour fabriquer un virage, et le huitième dans la dernière version pour donner encore plus de poids à l'observation) ont observé une structure métallique comparée à un pont métallique illuminé plonger vers le sol, redresser puis remonter et disparaître (dans un article du numéro 360 de sa revue LDLN qui a été reproduit dans le site de Philippe Huleux)... L'engin aurait aussi, toujours d'après l'enquête de Mesnard, effectué deux virages presque à angle droit, et portait deux gros faisceaux tronqués dirigés vers le bas.

Quant à moi, vous pouvez lire l'interprétation que j'ai faite de ce cas dans mon livre consacré à cette «vague du 5 novembre 1990», ou en résumé dans l'article de la revue Univers-OVNI. Une interprétation que Mesnard critique toujours dans sa série d'articles (dont je prépare un commentaire point par point, ou plutôt cas par cas - c'est fait -) :

La démolition du cas de Gretz-Armainvilliers est tout aussi rigoureuse et objective : les témoins ont simplement vu la rentrée atmosphérique, et « les changements de caps observés ou supposés s'expliquent assez naturellement ». Quand c'est nécessaire pour une démonstration, les rentrées atmosphériques avancent désormais en zig-zags. Quand un détail est gênant, il devient « supposé ».

C'est dire que le cas fait l'objet de débats passionnés ! Et c'est dire aussi l'intérêt qu'il peut y avoir à connaître la déposition à la gendarmerie de Jean-Gabriel Greslé et si possible des autres témoins...

Or, il se trouve que celle de Greslé est plus ou moins lisible sur la photo... Et plutôt plus que moins, presque en totalité même avec une bonne vue et de la persévérance !

J'ai tenté d'améliorer la lisibilité du texte par un traitement informatique (correction de la perspective, filtres et amélioration du contraste), mais il reste plus lisible directement sur la revue.

Voici donc en exclusivité cette déposition, avec pour chaque ligne un extrait de la photo traitée, mon interprétation (pas toujours absolument certaine, mais il ne doit pas y avoir beaucoup d'erreurs), et mes commentaires :


Entête centre
PROCÉDURE

D'ENQUETE PRÉLIMINAIRE

PROCÈS-VERBAL D'AUDITION

DU TÉMOIN
de TEMOIN

Entete gauche
GENDARMERIE NATIONALE

PARIS

BT TOURNAN EN BRIE.

????/1990
2047/1990


Entete droite
90307351 (celui-là il était facile)
92 71
(pas certain)
D2 1/I



Entête ligne 1
 Mardi 6 novembre 1990 ???heures. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
C'est la date du témoignage, qui serait donc le lendemain de l'observation...
 mardi 6 novembre 1990 à19heures, - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Entête ligne 2
 GXXXXXXXX, Christophe gendarme O.P.J. en résidence à TOURNAN EN BRIE.
Le gendarme (officier ou assistant, mais je lis plutôt O.P.J.) ayant enregistré la déposition...
 G                     Gendarme A.P.J. en résidence à                ,

Entête ligne 3
 Compagnie de GRETZ -77-
 Compagnie de          -

Entête ligne 4
 ??  ??  ?? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Trop hasardeux...
 20 et 75 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Ligne 1
 GRESLÉ Jean-Gabriel
Le témoin...
 G

Ligne 2
 M. Né le 16 11 1932 à AUBERVILLIERS 93
Ou une date proche...
 M. né le

Ligne 3
 Adolphe et de BXXXXX, Germaine
Ses parents...

Ligne 4
 xx, xxxxx X.XXXXX à XXXXXXX, XXXXX, commandant de bord en retraite,
Ceux qui arriveront à lire l'adresse (j'y suis presque) auront bien mérité qu'il réponde à leur courrier !
                                   , commandant de bord en retraite,

Ligne 5
 ??? soir dernier à 19h00 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Très incertain à part l'heure mais ça doit indiquer la date d'observation, qui ne figure nulle part ailleurs... Notons que sur le second PV visible sur la photo, la date est indiquée au début du récit, juste après la présentation du témoin :
 ... Le 05 novembre 1990 vers 19h00 [...]
 qui nous déclare à 19h00 : - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Ligne 6
 ...Alors que nous attendions la clé de la salle polyvalente de GRETZ,
 ---Alors que nous attendions la clé de la salle polyvalente de      ,

Ligne 7
 Monsieur BXXXXXXXX, attire l'attention du groupe en disant à peu près
Le nom de cet André B., celui qui a rapporté toutes les «anomalies» du cas, est assez lisible, mais il ne figure pas dans l'annuaire.
 Monsieur B        , attire l'attention du groupe en disant à peu près

Ligne 8
 "mais qu'est-ce qu'il fait celui-là, il va se poser sur nous". . . . .
 "mais qu'est ce qu'il fait celui là, il va se poser sur nous". - - -

Ligne 9
 Me tournant dans la direction indiquée, vers la déviation de la RN4,
 Me tournant dans la direction indiquée, vers la déviation de la RN ,

Ligne 10
 je vis dans le ciel une structure de lumières rouges, certaines fixes
 je vis dans le ciel une structure de lumières rouges, certaines fixes

Ligne 11
 d'autres clignotantes qui dessinaient un reXctangle horizontal portant
Les fautes de frappe, ça ne facilite pas la lecture !
 d'autres clignotantes qui dessinaient un re/ctangle horizontal portan

Ligne 12
 au milieu de sa base un très fort projecteur de lumère blanche, très
Encore une !
 au milieu de sa base un très fort projecteur de lumère blanche, très

Ligne 13
 cylindrique émettant à l'horizontale vers l'arrière. L'ensemble avait
 cylindrique éméttant à l'horizontale vers l'arrière. L'ensemble avait

Ligne 14
 une trajectoire apparente horizontale d'ouest en est qui de notre
 une trajectoire apparente horizontale d'ouest en est vue de notre

Ligne 15
 position passait à 35° au dessus de l'hrizontale. A l'avant de cette
Dans son livre il donne 30°... La rentrée atmosphérique c'était 32°...
 position enviton à 30° au dessus de l'hrizontale. A l'avant de cette

Ligne 16
 structure, deux phares blancs peu intenses étaient dirigés à 45° vers
 structure, deux phares blancs peu intenses étaient dirigés à 45° vers

Ligne 17
 l'avant. L'impression d'un objet massif venait du fait que les lumires
 l'avant. L'impréssion d'un objet massif venait du fait que les lumièr

Ligne 18
 et les phares ont gardé la même position relative pendant toute la
 et les phares ont gardé la même position relative pendant toute la

Ligne 19
 durée de l'observation et que la vitesse de défilement 3 à 5° degrés
Je ne suis pas sûr du 3 à 5°, mais dans son livre (p. 19) Greslé indique que l'objet a parcouru 45° en 10 à 20 s.
 durée de l'observation et que la vitesse de défilement 5 à 20 degrés

Ligne 20
 par seconde semblait très constante. Après une dizaine de secondes
 par seconde semblait très constante. Après une dizaine de secondes

Ligne 21
 d'observation, l'objet commença à disparaître derrière un bouquet
 d'observation, l'objet commença à disparaitre derrière un bouquet

Ligne 22
 d'arbres. Je courus vers la gauche pour le revoir le plus rapidement
 d'arbres. Je courus vers la gauche pour le revoir le plus rapidement

Ligne 23
 possible de l'autre côté des arbres et pu seulement voir le faisceau
 possible de l'autre côté des arbres et pu seulement voir le faisceau

Ligne 25
 des phares arrières blancs disparaître dans un nuage bas. La nuit
 des phares arrières blancs disparaitre dans un nuage bas. La nuit

Ligne 26
 était très calme et pratiquement sans vent. La visibilité était ex-
 était très calme et pratiquement sans vent. La visibilité était ex-

Ligne 27
 cellente. Les quelques nuages bas ne couvraient qu'une faible partie
 cellente. Les quelques nuages bas ne couvraient qu'une faible partie

Ligne 28
 du ciel. L'observation s'est déroulée dans un silence complet.. . . .
 du ciel. L'observation s'est déroulée dans un silence complet.- - -

Ligne 29
 En dehors des lumières rouges et des phares je n'ai pu voir aucun sup
Et en plus on oublie les traits de césure...
 En dehors des lumières rouges et des phares je n'ai pu voir aucun su

Ligne 30
 port massif. Seule la disposition des lumières donnait l'impression
 port massif. Seule la disposition des lumières donnait l'impression

Ligne 31
 d'une sorte de poutrelle métallique balisée ou d'un élément de pont
 d'une sorte de poutrelle métallique balisée ou d'un élément de pont

Ligne 32
 flottant comme un dirigeable. Chacune des lumières pourrait à la ri-
 flottant comme un dirigealbe. Chacune des lumières pourrait à la ri-

Ligne 33
gueur avoir été indépendante et simplement maintenir une sorte de vol e
J'ai mis du temps à comprendre que la fin n'était pas un «à» mais un «en» dont le «n» sort de la page !
gueur avoir été indépendante et simplement maintenir une sorte de vol

Ligne 34
 formation. J'ai eu le réflexe de comparer l'épaisseur apparente de la
 formation. J'ai eu le réflexe de comparer l'épaisseur apparente de l

Ligne 35
 structure lumineuse avec mes doigts tendus à bout de bras, puis mon
 structure lumineuse avec mes doigts tendus à bout de bras, voir mon

Ligne 36
 poignet. Le résultat est presque exactement une épaisseur égale à 10°%
 croquis, le résultat est presque exactement une épaisseur égale à 10

Ligne 37
 de la distance. La longueur était au moins 4 fois l'épaisseur et la
 de la distance. La longueur était au moins 5 fois l'épaisseur et la

Ligne 38
 portée des phares horizontaux 2 à 3 fois la longueur de l'engin. Dans
 portée des phares horizontaux 2 à 3 fois la longueur de l'engin. Dan

Ligne 39
 la lumière blanche très intense de ces phares j'ai pu distinguer comme
 la lumière blanche très intense de ces phares j'ai pu distinguer com

Ligne 40
 des volutes grises de combustion ou de condensation/Par ailleurs, cett
Encore une lettre dépassant de la page, comme sans doute à la ligne suivante...
 des volutes grises de brouillard ou de condensation.Par ailleurs, ce

Ligne 41
 lumièreX conservait à peu près la mmeintensité quelque soit la distanc
Interprétation très incertaine supposant plusieurs fautes : c'est peut-être moi qui fatigue, et pas le gendarme !
 lumières conservait à peu près la mmeintensité quelque soit la dista

Ligne 42
 de l'??????. La personne entendue              L'O.P.J.
 de l'origine La personne entendue              L'A.P.J.


Il y avait quelques lignes de la déposition sur une deuxième page :
 ---J'ai cru distinguer un second faisceau par/allèle au
premier, beaucoup moins intense comme si une sorte de brume
entourant le premier le masquait partiellement. J'avoue
m'être surtout concentré sur celui qui était bien visible.
Par la suite je vous fournirai un rapport complet de mes
observations. - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
le 06 11 1990 à 20h00. - - - - - - - - - - - - - - - - - -
---Lecture faite par moi des renseignements d'état civil
et de la déclaration ci-dessus, j'y persiste et n'ai rien
à y ajouter à y changer ou à y retrancher. - - - - - - - -
---La personne entendue/ L4A.P/J.
Voilà donc, à quelques incertitudes près, le récit que Jean-Gabriel Greslé faisait le lendemain de son observation... On peut faire quelques commentaires :

D'abord, vous constatez qu'il n'est pas question de virages, de descentes ou de remontées... Le premier virage n'a été «vu», dans des conditions douteuses, que par un seul témoin, et le second avec la remontée est une pure invention de Joël Mesnard...

On voit aussi que Greslé parle d'abord d'un seul «projecteur» d'un faisceau cylindrique dirigé vers l'arrière, puis deux... Ça recoupe bien ce qu'il écrivait dans son livre Objets volants non identifiés, un pilote de ligne parle, p. 17 :

Ce qui attire le plus mon attention est un énorme faisceau cylindrique, horizontal, de lumière opaline très dense qui paraît avoir pour origine la partie inférieure de la «chose». Autour de ce tube de lumière bizarre, issu d'une sorte de projecteur attaché à la structure, des écharpes de brume masquent par intermittence un second faisceau parallèle au premier.

Voilà qui ressemble beaucoup aux témoignages typiques relatifs à la rentrée atmosphérique en région parisienne : soit une seule traînée lumineuse, soit deux dont une courte se noyant presque dans la plus grande... Mais ça nous éloigne de l'engin parfaitement symétrique dessiné par Joël Mesnard :

Objet très structuré

On ne trouve aucune mention non plus de quelconques «structures» qui auraient été visibles, au contraire Greslé nous dit que l'objet pourrait à la rigueur être constitué de lumières indépendantes se déplaçant en formation.

Par contre, Greslé mentionne les deux «phares» inclinés vers l'avant bas. Mais ces «phares» sont dits «peu intenses» (si j'ai bien lu... peu quelque chose en tout cas),  et il n'est pas encore question de faisceaux tronqués... Je persiste donc à penser que ces «faisceaux» peuvent résulter d'une mauvaise interprétation par le premier témoin, au tout début de l'observation lorsque l'objet était en approche, des deux traînées horizontales... Et cette confusion explique aussi bien les «faisceaux tronqués» que le «virage».

Le reste de la déposition évoque tout à fait la rentrée atmosphérique (heure, hauteur sur l'horizon, trajectoire, vitesse et dimensions angulaires).

Il serait essentiel pour donner un avis définitif sur ce cas de connaître les dépositions des autres témoins, en particulier pour savoir ce qu'ils disent des «phares dirigés vers le bas», seule anomalie véritable de l'observation (on les connaît donc maintenant, et il n'y est pas question de ces faisceaux verticaux ni de structures)... Greslé écrivait, toujours dans son livre (p. 18) :

À ma demande, les témoins ont bien voulu rédiger, sans se concerter, un résumé de ce qu'ils avaient vu. À l'exception d'André B., dont l'observation a été plus longue et plus complète que la nôtre, nous avons tous décrit, chacun à notre façon, la même chose.

On sait maintenant où se trouvent ces différents témoignages : à la gendarmerie de Tournan en Brie et dans les dossiers du SEPRA ! On voit déjà un second PV sur la photo de VSD, plus difficile à lire (je n'ai pas vraiment essayé, mais je m'y attellerai si je ne peux pas l'obtenir). Ce témoinage est plus court et un peu plus tardif que celui de Greslé (il semble qu'il soit daté du 19 novembre, ou une date approchante). On compte aussi quatre autres feuilles sous ces deux-là, et Velasco a noté dans son cahier, dans la colonne «observations» : 6 témoignages... Le compte y est donc, si l'on excepte le septième témoin, celui qui permet à Mesnard de fabriquer le deuxième virage de l'objet, dont on sait par Greslé (son livre page 17) qu'il n'a fait part de son observation qu'après plusieurs mois.

J'ai demandé à Bernard Thouanel s'il pouvait me communiquer un tirage direct de la photographie, sur lequel le deuxième PV serait sans doute lisible (et les dernières incertitudes sur le premier pourraient être levées), et à Jean-Jacques Velasco s'il pouvait me communiquer des copies des six PV... Après tout, ça concerne une rentrée atmosphérique dont il ne s'occupe plus (moi oui), et il vient de me prendre 3800 euros pour avoir osé le critiquer tout en faisant bénévolement le travail pour lequel il était payé et qu'il ne faisait pas... S'il n'est pas complètement ingrat, il pourrait bien m'accorder cette petite faveur, et ça rehausserait son image !

Robert Alessandri



Rubrique ufologie

Retour au sommaire

Écrire à l'auteur

Ce texte a été lu fois depuis le 19/11/2003