Retour à l’accueil  

Liste du dossier de fabrication   

 

Le défit

Le défit de cette maquette est de respecter la courbure si particulière du pont des steamboats. De plus, étant une coque à fond plat avec un faible tirant d’eau, il est difficile d’utiliser la technique traditionnelle des couples bordés.

 

 

               

 

La technique utilisée

J’ai donc eu l’idée d’utiliser des couches de médiums de 3 mm. Couche après couche, la coque prend forme. Les plans fournis sur ce site pour la coque donnent les tracés de coupe pour chacune des plaques avec l’ordre où elles seront collées les unes aux autres.

 

 

Les couches 1 à 5 permettent d’obtenir la courbure du pont. Veillez à reporter les tracés des pièces sur du médium de 3 mm. Ne pas oublier de reporter numéros, les axes et les indications portées sur chaque pièce.

 

Ordre de position des plaques de médium

Note

Si la maquette est destinée à être télécommandée, les plaques de médiums peuvent être évidées à l’endroit où se logera l’équipement nécessaire.

 

Les plans

Les plans imprimables des pièces formant la coque
sont disponibles en PDF ici.

L’assemblage des couches

Il faut commencer par coller ensemble les couches 6 à 17. Pour que la coque prenne forme, il est important de biens repérer les couches entre-elles. Pour cela, sur chaque couche, il a été indiqué l’emplacement du trou qui recevra les tiges filetées de 10 mm. On percera à cet endroit, pour chacune des plaques, un trou de 2 mm. On centrera les plaques entre-elles en faisant correspondre ces trous de repère.

On commencera en collant les couches 16 sur 17. Puis un remonte jusqu’à la couche 6. Une fois ce bloc terminé, on les mets fortement en presse entre deux plaques de bois épaisses.

 

Mais quand on encolle du médium à la colle à bois sur toute la surface de la plaque, celles-ci ont tendance à glisser entre-elles en séchant. Pour contrôler ce défaut, il suffit, pour chaque couche que l’on encolle, de les fixer, couche par couche, par une pointe fine ou une agrafe, à chaque extrémité. Cela empêchera les plaques de glisser en séchant.

Une fois ce bloc réunissant les plaques 6 à 17 sec, on peut alors coller les couches 1 à 5, en proue et en poupe. N’ayant plus les trous de 2 mm pour se repérer, il est indiqué sur les plans, les repères de position pour chacune des es couche (4 sur 5, 3 sur 4, etc.). On met en presse de la même façon que pour le bloc précédent, en fixant également les couches par prudence.

 

 

 

Ponçage

Une fois cet assemblage complètement sec, nous pouvons passer au ponçage. Il consiste à égaliser les couches entre-elles en cassant les arrêtes qui dépassent. La coque peut ainsi prendre forme. Casser les arrêtes des couches 1 à 5 horizontalement égalisera la courbure qui recevra plus tard le premier pont, et lui donnera sa forme définitive.

Une fois le ponçage terminé, on peut mettre la coque sur un plan bien à plat. Cela permettra de percer les deux trous de 10 mm bien verticalement dans les trous de 2 mm. C’est dans ces trous que se glisseront les tiges filetées, ce qui immobilisera la coque sur son socle. On peut aussi percer le trou de 5 mm en poupe qui recevra l’axe du gouvernail.

 

Vue de la coque après ponçage

 

 

 

 

 

Finition de la coque

Il est temps de découper les deux pièces de renforts de roue en suivant le gabarit de coupe. Les renforts de roue prolongent la coque en poupe pour soutenir le pont, là où l'axe de la roue viendra se fixer. Ils sont donc posés à l'intérieur de la coupe arrière du pont où viendra se loger la roue

 

 

Pour insérer dans la coque ces deux pièces, faire les incisions, en repérant leurs emplacements en positionnant le pont à sa place. Coller les pièces dans ces incisions. On peut aussi assembler le gouvernail en insérant son axe dans son trou.

 

Les pièces de renfort

On peut désormais coller le pont sur l'ensemble en pressant fortement pour qu'il épouse la forme en arc. Les renforts des supports de roue peuvent être terminés.

 

Le gouvernail

Peinture

La coque peut maintenant être peinte. Avant de peindre, je passe une couche de Gesso. Le gesso est un apprêt servant en peinture d'art. C'est un enduit universel, une sous-couche que les peintres passent sur le support pour le préparer avant de peindre pour améliorer l'accroche des peintures sur tous supports. Il est donc utilisable sur le bois, le carton ou la toile. Il rend la surface plus lisse, plus adhérente, tout en réduisant l'absorption de la peinture par le support, ce qui est intéressant sur du médium (voir l'article : "Un produit à connaître : le gesso". Pour la couleur, j'ai préféré un gris anthracite au noir.

Renforts des supports de roue terminés

La coque montée sur son support

 

La maquette du Mark Twain

Étape par étape

Page suivante

La roue

 

 

 

 

 

               

 

 

 Liste du dossier de fabrication

 

Retour

en haut de la page

 

Retour à l’accueil