Retour à l’accueil  

Liste du dossier de fabrication   

 

 

 

               

 

Il est sage de n’aménager, et de finir la proue et la poupe, que lorsque l’on est certain de ne plus avoir à intervenir sur les autres éléments du bateau déjà construits (sur le pont inférieur et sur le pont intermédiaire). En effet, l’accès à certaines parties sur ces ponts peut être délicat si les gréements, ou certains petits éléments, sont posés. Une maladresse peut entraîner un accident compliqué à réparer. Par contre, le pont supérieur étant au dessus de l’ensemble, son accès ne posera pas de problèmes particuliers, si tout le bas est terminé.

La poupe

 

Sur la poupe, il n’y a plus que deux éléments à poser pour finir la maquette :
les jambes de forces soutenant la roue, et le mat arrière.

 

Le mat arrière

Les différents mats doivent être fuselés. Pour obtenir cela, il suffit de serrer une brochette de bois dans le mandrin d’une perceuse et de la faire tourner (vitesse lente ou moyenne). Avec un papier de verre de grain moyen (100 ou 120 par exemple), on réduit le diamètre de la brochette en son extrémité. Par des mouvements de va-et-vient, et en insistant plus à l’extrémité de la brochette qui n’est pas tenue dans le mandrin, on arrive à fuseler notre mat de façon régulière. On finira le mat en collant une petite perle à son extrémité, avant de le peindre.

Attention à ne jamais lâcher la brochette, tant que celle-ci tourne. N’ayant pas de contre pointe, attention à attendre l’arrêt complet de la perceuse pour lâcher la brochette, sans quoi, elle pourrait voler en l’air, et se casser brutalement, voire blesser quelqu’un.

Précautions

Prendre des gants de protections. La vitesse, même lente, combinée au frottement du papier de verre provoque un échauffement, et on pourrait facilement se brûler les doigts.

 

Le mat arrière se fixe au centre de la poupe,
au niveau du pont inférieur et du pont intermédiaire.

 

 

Les jambes de force.

Les jambes de force

Les jambes de force soutiennent les bras qui portent les essieux de la roue. On les taillera dans des baguettes de barbes à papa en hêtre. Elles se rejoignent en haut en biseau, sur un mat carré vertical,

 

 

Truc et astuce

Pour assurer la solidité de la fixation des pièces sur la maquette, je ne me contente pas de les coller. La première chose que j’achète lorsque je commence une miniature, c’est une boîte d’épingle de couturière.

Pour fixer une pièce sur la maquette, je commence par prendre une épingle, je lui coupe la tête, et je la mets dans le mandrin d’une perceuse. Puis en faisant tourner la perceuse à grande vitesse, j’enfonce l’épingle à la base de la pièce à fixer. Je sors ensuite la pièce, avec son épingle, du mandrin. La partie de l’épingle qui dépasse est ensuite ancrée dans la maquette en perçant un petit trou dans lequel on y met de la colle.

On obtient ainsi une cheville métallique (et facile à réaliser) qui rend sa fixation solide. C’est de cette façon que la base des jambes de force est fixée sur le pont.

 

 

 

La proue

C’est la proue qui contient le plus d’éléments à fixer pour finir le pont inférieur.
Il est donc important de fabriquer d’abord chacun de tous ces éléments séparément,
et de les fixer ensuite ensemble sur la proue, lorsqu’ils sont tous prêt à être posés.

 

Le mat avant

Le mat avant est très complexe.

Les mats : Il faut d’abord fuseler trois brochettes de bois qui composeront ses différents éléments, comme indiqué précédemment (sous-titre « Truc et astuce »). On terminera chaque mat en collant une petite perle à l’extrémité.

 

 

 

Les poulies et les anneaux de fixation

 

 

Les attaches : Il y a aussi à fabriquer des attaches en laiton qui permettront de fixer les gréements sur les mats et sur le bateau. Pour les réaliser, il suffit d’enrouler du fil de laiton autour d’une aiguille (pour obtenir un petit anneau), et de le torsader. Pour fixer ces attaches en haut des mats, il suffit d’utiliser la méthode de l’épingle de couturière décrite plus haut.

Les poulies : Les poulies quant-à elles sont taillées dans des baguettes de hêtre. On perce d’abord le trou central où coulissera la drisse. Ensuite, on formera la poulie à la lime en arrondissant les angles. Pour qu’elles soient assorties à l’ensemble, je les ai teintées de la même couleur que le pont.

 

 

La lanterne centrale

La lanterne : Lorsque j’ai posé le pont intermédiaire, et installé le câblage électrique dans le double fond de celui-ci, j’ai prévu un led en proue soudé à des fils électriques assez long pour lui permettre de sortir librement du pont, une fois celui-ci assemblé. Ce led entre dans la lanterne fixé sur le milieu du mat avant, et lui permet donc de s’allumer.

Les gréements : Pour les gréements du mat avant, j’ai utilisé du fil de boutonnière vendu en mercerie. Il présente l’avantage d’être très solide (impossible à casser à la main sans se couper), et il existe en quantités de couleurs. On obtient ainsi un bel effet corde.

Les gréements, les poulies et les taquets en bois

Les taquets

La barre, qui reçoit les taquets, doit être solidement ancrée dans le pont, car les gréements se fixent dessus, et sont tendus. La méthode de l’épingle décrite plus haut (sous-titre « Truc et astuce ») sera donc particulièrement appropriée. Et comme nous avons en dessous une coque pleine, on peut donc descendre l’ancrage assez profond pour l’assurer.

 

Les drisses viennent se fixer sur les taquets en bois

 

La bastingage de proue en câbles

Le bastingage

Le bastingage avant est constitué de câbles tendus. Pour obtenir cet effet, j’ai pris du fil de lin très fin utilisé en reliure d’art. Les montants sont taillés dans des brochettes de bois (diamètre 3 mm). Il suffit, pour les fixer sur le pont, de percer des trous de 3 mm dans celui-ci, et d’y introduire les barreaux en les collant à la colle à bois. Mais avant de les fixer, il faut prévoir le passage des câbles.

 

On percera à l’épingle (voir sous-titre « Truc et astuce ») six trous dans chaque montant, de part en part et à intervalles réguliers. Le fil de lin traversera chaque montant en faisant le tour du pont. Une fois tendu et fixé par un point de colle blanche à chaque trou, les câbles et les montants seront peints en blanc.

Il ne reste plus qu’à fixer sur le pont
les manches à air, le cabestan, et les différents taquets.

Une fois la proue assemblée,
la maquette commence à prendre sa majesté.

La maquette du Mark Twain

Étape par étape

PROCHAINEMENT

Le pont supérieur

 

 

 

               

 

 Liste du dossier de fabrication

 

Retour

en haut de la page

 

Retour à l’accueil