Retour à la page précédente           Retour page d'accueil

Croisière et régates en 2013.

Le programme

Plus l'âge augmente et plus les croisières raccourcissent.
À l'été 2013 j'approchais les 74 ans, et la croisière a été réduite à la Manche.

 

Convoyage de Dunkerque au Havre en solo.

Dunkerque - Boulogne

Départ un peu tardif de Dunkerque, au début du jusant, le vent est de WSW et c'est du louvoyage le long de la côte par 18-20 noeuds apparent.
Bien entendu ce vent tombe complètement en arrivant à Gris Nez alors que le courant de flot se réveille !
Pour éviter d'y passer la nuit, il faut lancer la machine avant que le courant de flot ne s'établisse vraiment.
C'est alors une fin de navigation paisible le long de la côte à l'abri du courant, et l'occasion de visiter des stations balnéaires peu connues des touristes qui habitent loin dans le midi, au sud de la Somme.

audresselles.jpg
Audresselles, premier village au sud du cap Gris Nez

ambleteuse_1.jpg
Le fort d'Ambleteuse juste un peu plus au sud. C'est une marée de morte-eaux, environ 2h avant la PM.

ambleteuse_2.jpg
Ambleteuse, vu d'un peu plus loin.

wimereux.jpg
Wimereux, à environ 1 mile au nord de la rade de Boulogne.

Arrivée au ponton à Boulogne sous le soleil, bateau rangé à l'heure pour aller diner chez Hamiot.

 

Boulogne - Fécamp.

Sortie de la rade à 8h30, au louvoyage vers le sud. La météo prévoit des vents variables, F4, avec des orages l'après-midi.
La progression est lente car en réalité le vent est instable puis tombe sur le coup de midi alors que l'on est à 4 miles dans l'est de la bouée "Vergoyer Est" : Il est temps de démarrer la bourrique.
13h00 le brouillard tombe : visi autour de 50m.
15h00 Le brouillard se dissipe et le soleil réapparait ainsi qu' 1/4 d'heure de vent d'ouest : juste le temps d'arrêter le moteur puis de le relancer.
17h45 le vent revient de l'WNW : on fonce à 6 kn au bon plein vers Antifer.
19h15 le vent adonne : envoi du spi de largue.
19h45 Le vent tombe, rangement du spi et mise en route du moteur.
22h00 Il reste assez de gazole pour une dizaine de miles au moteur : On arrête et attend le vent.
La mer est calme, le vent aussi, c'est l'heure de la sieste dans le cockpit en laissant le bateau dériver dans le courant.
C'est une sensation extraordinaire de pouvoir rêvasser tout seul, loin de tout, au milieu de nulle part.
5h00 : Toujours pas de vent, mais il y a de l'orage à l'horizon dans l'ouest. D'après le GPS Fécamp est à 4.5 miles un peu en arrière du travers. C'est le moment de relancer la machine !
6h00 : Fécamp ! Les pontons sont saturés. Je glisse mon bateau étroit entre 2 autres sans réveiller personne.

 

Fécamp - Le Havre

Ce jeudi matin le sorcier annonce des vents variables F2, forcissant vendredi, et une tempête de SW pour samedi. Pourvu que le mauvais temps ne s'éternise pas car la "Normandie Quadrasolo" commence dimanche !
Départ de Fécamp à 10h15, juste avant le début du jusant, après avoir fait le plein de gazole.
Le vent est très variable, de secteur SW, et c'est du louvoyage en suivant les fluctuations du vent.
13h10 Traversée du chenal d'Antifer entre A24 et A23. Le vent tourne au NW et on avance bravement sous grand spi à 1.9 kn sur l'eau et 3.2 kn sur le fond.
15h45 Il y a un beau soleil, mais le spi s'effondre. Il faut le rentrer et finir au moteur.
17h00 : Bateau au ponton visiteur, c'est l'heure d'une bière au SNPH.

 

Normandie Quadrasolo

La course du Vert-Galant..
Le site de la course

Convoyage du Havre à Dartmouth.

Nous allons faire le convoyage, puis la Classic Channel Regatta en double avec Serge du YCMN.

Le Havre - Saint Vaast la Houghe.

Ce mardi matin la météo prévoit pour la Baie de Seine un vent de S-SW 2 à 3 devenant variable puis forcissant W-SW 4 à 5 avec rafales à 6 pendant la nuit.
Comme St Vaast la Hougue est presque sur la route de Dartmouth, nous décidons d'y faire escale ce soir pour attendre des conditions de traversée de la Manche plus agréables.

Départ du Havre à 9h00. Le vent est force 2 variable ce qui permettra d'essayer toutes les combinaisons de voiles, sans spi, avec grand spi, avec spi de largue et avec moteur.
Arrivée à St Vaast au bon moment pour l'écluse et le diner à la Marina.
Nous allons pouvoir passer une bonne nuit et prendre une journée de repos avant de repartir mercredi soir si le mauvais temps prévu pour la nuit et la matinée de mercredi se calme assez vite.

St Vaast - Dartmouth.

Mercredi 20h00, le ciel s'est fait plus clément : Départ pour Dartmouth.
Il souffle quand même un bon SW de force 4 et la mer est fortement agitée pendant les 10 premiers miles après la pointe de Barfleur. C'est un début tonique, humide et agité qu'il aurait été difficile de supporter toute la nuit.
Comme on va franchir la route des navires pendant la nuit nous faisons un près babord amures pas très serré pour passer à environ 5 miles à l'est du coin NE du TSS des Casquets, point que nous atteindrons vers 5h du matin sans avoir été obligé de nous dérouter pour laisser la place à un navire.
À partir de là un long bord de près serré babord amures, dans un vent agréable, nous fera atterrir sur Berry Head.
Encore un peu de louvoyage par petit temps, et nous sommes devant Dartmouth. On dirait que le climat devient méditerranéen.

classic_channel_1.jpg
Dartmouth : l'entrée de la rivière Dart.

dartmouth2013_1.jpg
Dartmouth : le ponton visiteur du port public, situé côté Dartmouth, en amont des pontons à ferries.
En face Kingswear et la Dart Marina. L'entrée de la rivière est à l'arrière plan.

dartmouth2013_2.jpg
Dartmouth : l'amont de la rivière depuis le ponton visiteur du port public.

 

Classic Channel Race

La course du Vert-Galant.
Le site de la Classic Channel Regatta

Croisière en Manche

St Peter Port - St Malo.

La dernière régate de la Classic Channel Regatta, le tour de Sercq, n'a pas été courue hier samedi, faute de vent. En effet dans la Manche, surtout aux Englo-Normandes, une régate sans vent devient nécessairement un concours de mouillage.
Aujourd'hui dimanche 14 juillet c'est encore calme plat et Serge doit prendre le train à St Malo demain lundi à 6h00.
La meilleure option c'est de partir ce matin et de rallier St Malo au moteur. On devrait y arriver dans dans la soirée.
Problème : Il ne reste qu'un peu plus de 20L de gazole et il serait prudent de compléter le plein avant de partir mais il y a 4 grosses vedettes qui attendent à la pompe et à raison d'un m3 par bateau ça va être long.
10h00 : Sortie de St Peter Port au moteur sous le soleil.
Moteur réglé pour 5 kn (consommation environ 1.4L/heure , pilote automatique en fonction.
C'est une navigation bruyante et monotone, mais il faut ce qu'il faut.
21h00: Entrée aux Sablons, mission accomplie. Il reste un peu plus de 5 L de gazole (la jauge est graduée de 5 en 5).
Serge est rassuré, il pourra prendre son train demain matin à 6h00.

Saint Malo - Tréguier - Saint Malo.

Impossible d'aller plus loin que Tréguier cette année à cause de quelques problèmes à régler à Paris et Lille.

Mardi 16 juillet : il y a du brouillard !
C'est l'occasion de faire un grand nettoyage et de chercher d'où proviennent les 5-10 litres d'eau que l'on trouve sous le moteur à près 1/2 journée de navigation dans la brise :
La trappe d'accès au moteur, en fond de cockpit était désserrée : Le nouveau joint en mousse, plus épais que l'original, s'était tassé.
Il a suffit de serrer les vis pour que les fuites ne réapparaissent plus.

Mercredi 17 juillet 11h30 : départ pour Lézardrieux au louvoyage le long de la côte, puis vers 16h00 le vent tombe et le moteur est lancé.
16h30 : le moteur se bloque : un orin de casier est pris dans l'hélice. La bouée, un bidon en plastique de 4 litres est coincé en surface contre le safran. Le comble c'est que c'est un bidon bleu foncé, oui bleu foncé. C'est probablement pour que l'on ne le voit pas de loin. Il y a vraiment des pêcheurs qui osent tout !
Pour couper un orin en polypro, le plus efficace est la scie à métaux.
D'abord se débarrasser du bidon qui bloque le safran. Sur l'Aphrodite 101 qui est très bas sur l'eau c'est possible en restant à plat ventre sur le pont.
Ensuite attraper l'orin qui retient le bateau au fond avec la gaffe , le remonter le plus haut possible, passer un bout autour et attacher l'orin au balcon. On est alors confortablement installé pour couper l'orin.
Après envoi de la voilure, route vers St Cast où il est possible de prendre un coffre ou d'accoster à la voile sur l'extérieur du ponton brise clapot.
On est à environ 3 miles à l'ouest du cap Fréhel et sous spi on avance vers l'est à 0,5 - 1,0 kn sur le fond selon les moments avec le courant contre.
Deux heures plus tard le bout d'orin qui trainait derrière n'est plus visible : Le moteur démarre et l'hélice bec de canard s'ouvre et tourne !
Arrivée à Saint Cast au moteur, vers 21h00.
Plus tard, en carènant aux Bas Sablons avant le Branlebas il est apparu que l'arbre d'hélice avait reculé de 1,5 cm et que la vis pointeau qui bloque l'arbre dans le tourteau etait cisaillée. En attendant une réparation définive pendant l'hiver prochain j'ai percé un nouveau trou dans l'arbre et mis une vis pointeau neuve.

Le jeudi 18 juillet de St Cast à Lézardrieux, sans problème au bon plein tribord amures. L'arrivée sur la côte et la remontée du Ferlas puis la remontée du Trieux sont toujours aussi magnifiques.

Le lendemain, départ de Lézardrieux avec un petit nordet agréable : Envoi de la toile devant la marina et descente de la rivière au louvoyage contre la fin du courant de flot. C'est un petit plaisir facile avec l'Aphrodite 101 qui remonte bien au vent et vire sans effort avec son foc auto-vireur.
Puis c'est le chenal de la Moisie au débridé, et ensuite le chenal de la Gaine sous spi.
Attention dans la Moisie : Il faut pouvoir passer à la voile sur un seul bord avec assez de réserve pour loffer si nécessaire afin d'étaler le courant traversier.
Le clocher de la Chapelle St Michel qui donne l'alignement avec le Rosedo est peu visible, on n'en aperçoit que le haut au dessus des arbres.
L'alignement de la Gaine est très difficile à voir, mais c'est sans importance car le courant est dans l'axe et il y a quelques perches en bordure.
Dans tous les cas il faut une bonne visibilité et un temps maniable pour pratiquer ces endroits.

Après 2 jours de repos à Tréguier, c'est le retour sur Saint Malo, avec encore du NE force 4, et une mer cahotique vent contre courant au passage des Héaux et de la Horaine.
Une fois le bateau bien à l'abri au bassin Vauban, la SNCF devient mon moyen de transport jusqu'au Branlebas.

Branlebas de Régates à Saint Malo.

La course du Vert-Galant.
Le site du Branlebas.

 

Retour à Dunkerque.

En solitaire ce sont des étapes de la journée : St Malo - St Peter - Cherbourg - St Vaast (pour faire des provision chez Gosselin) - Le Havre - Dieppe - Boulogne - Dunkerque.
C'est un parcours habituel, mais avec une innovation cette année pour le passage du raz Blanchars :
Avec un vent de NE pour 10-12 Kn je suis passeé le long d'Aurigny, au près serré tribord amures, à 1/4 de mile de la côte et prolongé de 2 miles vers le large avant de bifurquer sur Cherbourg. On laisse visiblement le gros des brisants à tribord et c'est plus confortable que de passer au milieu du Raz ou le long de la Hague.

Note sur les courants autour du Cotentin.
Pour éviter des déceptions il est indispensable d'étudier attentivement les courants de cette zone avant d'aller y naviguer.
Vent contre courant le vent annoncé par la météo y est augmenté de la vitesse du courantet la mer y est par endroit très dure, avec des rapides, des tourbillons et des cascades comme sur un torrent.
Il existe à certaines heures autour du Cotentin des contre-courants non négligeables. Il faut penser à les utiliser, ou à les éviter, surtout à la voile par petit temps.
Deux ouvrages du SHOM sont incontournables : Courants de marée du golfe Normand-Breton (No 562) et de la baie de Seine (No 561)

 

Retour à la page précédente           Retour page d'accueil
Mise à jour le 7 avril 2014