Retour à la page précédente           Retour page d'accueil

Croisière et régates en 2014.

Le programme

Cela devient une habitude : Pour l'été 2014 j'avais prévu un programme réduit .
Croisière en solitaire en Manche et 3 régates.
Deux régates en Solo : La Normandie Solo au Havre et la Solo du Prince à St Malo.
Une régate en èquipage : Le Branlebas à St Malo.

Croisière de Dunkerque au Havre.

De Dunkerque à Boulogne, le dimanche 15 juin

La mété annonce du NNE force 4 forcissant 5 à la mi-journée puis 6 en fin de d'après-midi.
Le début du courant de jusant à Dunkerque est à 5h et sa fin à 11h30 à Boulogne.

Départ de Boulogne à 6h30, le vent est NNW force 4, le ciel est glauque.
Le bateau avance bien avec le vent un peu en arrière du travers et c'est confortable.
Passé les Quenocs ( devant le cap Blanc Nez) vers 9h40, le vent tourne plein nord et mollit.
J'enverrais bien le spi, mais on a un grain au cul qui semble nous rattraper.
Dans la rade de Boulogne à 11h30. Le vent est monté à 20 noeuds, j'affale en vrac, la bôme posée sur le pont et la voile serrée en paquet avec quelques rabans avant de rentrer dans le port.

Aux pontons il y a foule de bateaux Hollandais. Heureusement l'Aphrodite 101, avec son bau max de 2.40m peut se faufiler dans des endroits improbables.
Une fois amarré j'abandonne le navire sans faire le ménage pour aller casser la croute chez Hamiot.

De Boulogne à Dieppe, le lundi 16 juin.

La météo prévoit du NNE force 5 pour la journée.
Sortie de la rade vers 7h15, le vent est de secteur Nord pour 14 noeuds.
En route au grand largue tribord amures en direction de Vergoyer Est.
J'enverrais bien le spi si le ciel n'était pas tout noir au Nord !
Cela va être du louvoyage au largue jusqu'à Dieppe. Puis le vent monte à Force 5 en fin de matinée et à 6 en début d'après midi.
Arrivée devant Dieppe vers 16h00. Il y a un méchant clapot devant la côte qui rend pénible l'affalage des voiles. Le problème c'est de se déplacer sur un bateau pris de la danse de st Guy.
L'entrée du port est fortement agitée et il faut aller jusque dans le bassin Jehan Ango où c'est assez calme pour préparer les aussières et les défenses avant de rejoindre les "pontons visiteurs."
Je suis fatigué et mes genoux sont douloureux d'avoir été sollicités dans toutes les directions.
J'hiberne mardi et mercredi car il pleut et le vent de Nord reste trop fort pour être confortable.

De Dieppe à Fécamp, le mercredi 18 juin.

Départ du ponton à 14h00. Le sorcier prévoit 15-20 noeuds de vent de secteur Nord, faiblissant.
Envoi de la GV en passant devant le ferry dans l'avant-port, et catastrophe : La GV refuse de monter en tête du mât.
Je suis obligé de sortir dehors où ça barate encore pas mal pour affaler et découvrir qu'en attachant la drisse de GV sur la têtière j'avais fait un tour autour de la bastaque tribord !
Une fois tout remis en ordre c'est le bonheur au vent de travers à plus de 7 noeuds le long de la côte.
En arrivant devant St Valéry vers 17h00, le vent baisse et je peux envoyer le petit spi prévu pour la brise et/ou le vent de travers.
Mais le vent baisse encore et tourne Est vers 18h30, il faut envoyer le grand spi pour faire du vent arrière avec 4 noeuds de vent et un gros clapot résiduel.
La journée se termine à Fécamp, au chaud et bateau rangé à 21h00, alors que les pâtes sont en train de cuire.

De Fécamp au Havre, le jeudi 19 juin.

Départ à 8h15, c'est l'été : Il y a au moins 1 ou 2 noeuds de vent de Sud Est !
C'est donc du moteur jusqu'au Havre où l'on arrive aux alentours de midi.
Mais il y a une fuite d'eau quand le moteur tourne, autour de 5 litres à l'heure.
Heureusement le compartiment moteur est isolé du reste de la coque par une demi cloison, et ce compartiment est équipé d'une petite pompe électrique.

Après démontage du panneau d'accès au moteur ( au fond du cockpit) l'origine de la fuite apparait évidente : le tuyau d'échapement souple en sortie du pot barboteur ne tient plus que par l'habitude.
L'un des circlip est cassé et le second est desserré.
C'est une panne qui a le mérite d'être facile à réparer et il n'y a pas d'autre fuite sur le circuit d'eau de mer ou au joint Volvo (qui a été changé cet hiver)

Normandie Solo du dimanche 22 au dimanche 29 juin.

Du Havre à St Vaast, le mardi 1er juillet.

La marée haute à St Vaast est à 13h00 il faut donc partir de bon matin pour arriver avant la fermeture de la porte (vers 16h00).
Météo France prévoit un vent de secteur Est force 3 forcissant 4 le soir.
Départ à 6h30. À 7h30 le petit spi est en l'air et on part vers l'ouest en restant au Nord du chenal.
À 11h 50 on est à 20 nautiques de Gavendest avec un bon vent d'Est force 4 et le GPS indique une ETA de 15h45. Il ne faut pas trainer en route !
À 14h00 je peux joindre le port de St Vaast qui me confirme l'heure de fermeture de la porte : 16h16. Ce sera à l'aise !
Vers 14h30 le vent monte à 20 noeuds et le bateau dépasse les 10 noeuds à chaque vague, 12 noeuds parfois.
L'affalage du spi en arrivant à Gavendest est agité et le spi chalute un peu.
Entrée au bassin à 15h30, avec des voiles en vrac sur le pont et dans la cabine
À 16h30 tout est rangé sauf le spi qui sèche en tas dans le cockpit.
C'est l'occasion de prendre un peu de repos et de faire quelques achats chez Gosselin.
Je retrouve Hans sur Digua Dao qui rentre en Bretagne Sud. Nous allons faire un peu de route ensemble.

De Saint Vaast à Cherbourg. le jeudi 3 juillet


Départ à 13h30 en compagnie de Digua Dao.
Il fait beau avec un petit vent de NNE force 2.
C'est la fin du courant de flot, avec le célèbre contre-courant le long de la côte Est du Cotentin.
Nous en profitons pour atteindre la pointe de Barfleur en presque un seul bord de louvoyage. Mais arrivé là, le vent tombe puis repart mollement au NW. Heureusement le courant de jusant est encore jeune et nous pouvons atteindre la bouée des Equets au louvoyage.
Il faut se méfier à cet endroit et dans ces conditions : Si le jusant est fort, la marée en dessous du niveau moyen et le vent faible on peut finir mouillé sous spi, vent dans le dos tête au courant, pour ne pas aller se trainer sur des cailloux.

À partir de la bouée des Equets ce fut un seul bord jusq'à Cherbourg en laissant la Pierre Noire à babord.
Les concurrents de la Solitaire du Figaro étaient déjà arrivés, mais il restait plein de place pour les visiteurs.


De Cherbourg à Lezardrieux le dimanche 6 juillet.

Sortie de la grande rade à 15h00.
La météo annonçait du vent WNW 3-4 devenant W l'après-midi. C'est bien de l'Ouest, mais un gros 4.
C'est du louvoyage au ras de la côte avec le courant dans le nez pour arriver au raz un peu avant le début du jusant.
3 Figaros qui rentrent à la maison sont sortis environ 1/4 d'heure derrière moi. Il vont me rattraper rapidement et auront disparus à l'horizon quand je serais entré dans le raz !
Le vent monte d'un cran en arrivant à Basse Bréfort et il faut prendre un ris dans la grand'voile.
19h00 , à la hauteur Jobourg au près serré tribord amures
20h05, à 5 nautiques à l'est du waypoint Shole sud.
La mer est parfois aggressive mais avec le ris dans la grand'voile ça passe en souplesse bien que certaines vagues finissent dans le cockpit.
La nuit s'écoule sans problème, toujours au près serré tribord amures, en passant un peu au sud de Desorme et un peu au nord de NW Minquiers, pour arriver à environ 4 nautiques au sud de Barnouic au lever du jour.
Le vent commence à mollir : c'est le moment de larguer le ris.
Nous sommes alors un peu en dehors, au SE, de l'entonnoir fictif qui mène à l'entrée du Trieux : Virement de bord, et route au Près serré babord amures pendant une demi-heure avant de descendre en louvoyant vers PPAZEN en laissant à l'Est le relèvement de PPAZEN au 238.


Je navigue en solo avec des cartes papier qui restent bien collées sur la table à carte quand elles sont humides.
L'Aphrodite 101 est un bateau ètroit qui gîte et qui secoue et où il n'y a pas un endroit sur et facilement accessible où l'on puisse déposer un PC ou une tablette.

Je navigue donc avec un GPS "Furuno GP33" fixé dans la console à instruments, au dessus de la descente et bien visible depuis la barre.
Ce GPS très lisible est programmé pour afficher 4 informations :
Le relèvement du waypoint .
La distance du waypoint.
La route fond.
La vitesse fond.

Les waypoints stratégiques sont stockés dans le GPS et indiqués sur la carte en vert Fluo.
Les approches compliquées sont encadrées par des relèvements à ne pas franchir.
Ça permet de passer des points délicats, même au louvoyage, sans avoir besoin d'aller regarder la carte à chaque virement.

Pendant le flot le courant pousse sauvagement vers le plateau de la Horaine qui est balisé au Nord par 3 bouées : Men March, Nord Horaine et Les Échaudés.
De loin l'entrée du Trieux est indicernable et en approchant elle ressemble à un tas de cailloux mais tout devient clair dès que l'on aperçoit la bouée des Sirlots ou la tourelle du Petit Pen-Azen.
Il n'y a pas de difficulté à remonter l'estuaire au louvoyage jusqu'à Lézardrieux. On peut passer près des balises dans l'estuaire mais il faut rester à distance raisonnable de la côte et des rochers non balisés. Sur la côte nord de Bréhat, au nord du sémaphore, il y a une roche qui découvre de 5m à environh00 350m du trait de côte ( le niveau moyen de la mer est d'environ 6m ).
Je ai donc remonté le Trieux au louvoyage et affalé les voies un peu avant la Perdrix, là où il y a de la place pour manoeuvrer.

Arrivée au ponton à 10h, sieste, diner au restaurant du Yacht Club, au lit à 21h.

Fausse sortie le mercredi 9 juillet.

La météo annonce du NW 4 forcissant 5 en fin de journée, on peut essayer d'aller à Perros-Guirec où à Tréguier.
Départ ponton à 10h30. Le vent vient de toutes les directions selon les endroits dans la rivière.
Aux Sirlots c'est bien du vent de NW pour 20 noeuds.
Je n'ai pas envie d'aller passer la Jument des Héaux au louvoyage par ce temps là : Retour à la base !
Dans cet estuaire encaissé, quand le vent soufle en travers de l'estuaire on a au fond sur la rivière un coup du vent de face, un coup du vent arrière, un coup du travers...
Pendant une période de vent arrière un empannage sauvage a arraché l'axe de cardan de la poulie de Grande- Écoute !
Heureusement on trouve de tout à Lézardrieux.

De Lézardrieux à Trébeurden le samedi 12 juillet.

Le jeudi il a fait mauvais.
Le vendredi Hans et son équipage sont arrivés avec Digua Dao et nous avons dîné à "l'Auberge du Trieux" (très bien).
Départ de Lézardrieux le samedi à 10h00, le vent est d'ouest force 3-4, c'est l'occasion de sortir par la passe de la Moisie
La Jument est passé à 12h00.
En arrivant à Ploumanach le courant de flot apparait, puis le vent tombe.
Impossible de passer Bar ar Gall au louvoyage, le bateau recule lentement. Il faut se résoudre à lancer la bourrique à 16h45.
Arrêt du moteur à 17h15. Une fois Bar ar Gall passé on navigue sur un seul bord et on refoule facilement (mais lentemen) le courant.
Comme d'habitude quand il fait beau et que le vent est favorable, je passe le long des cailloux entre le Crapaud et les rochers qui débordent l'îlot de Molène, route au 170° sur le waypoint ARVESKIG.

Quand on arrive de cette direction la bouée Ar Gouredec apparait de derrière les rochers bien avant qu'il soit possible de faire route dessus.
Comme d'habitude, je ne peux m'empêcher de virer trop tôt vers la bouée Ar Gouredec et je suis obligé de faire un détour pour éviter un remous suspect !
Il faut s'obliger à attendre d'arriver au waypoint, ou que le clocher, ou l'extrémité de la jetée du port de plaisance soit derrière l'extrémité Nord de Ile Milliau avant de faire route sur la passe d'entrée.
Qu'à cela ne tienne, j'aime Tréburden car les paysages marins y sont superbes.
Arrivée au port à 18h30.

De Trébeurden à Roscoff (Bloscon) le lundi 14 juillet

Départ à 9h00 par beau temps et un petit vent d'ouest force 2 à 3.
C'est un louvoyage paisible le long de la côte en évitant les cailloux qui sont nombreux dans le coin. Un moment très agréable.
Comme j'arrive par le fond de la baie je n'ai pas envie de remonter au nord pour contourner le Pot de Fer et je coupe au louvoyage entre le plateau des Duons et Menk.

Le port de plaisance de Bloscon (en orange) se trouve au sud du port commercial , l'entrée est au nord dans le port commercial.
Le navire aquacole et son balisage étaient absents en juillet 2014.

Le port est confortable, avec des WC sur le ponton principal, des sanitaires neufs, une petite épicerie, un bistrot et un loueur de voitures électriques.
Ce nouveau port de plaisance est une base de départ idéale pour visiter en détail la baie de Morlaix, Morlaix et l'île de Batz.
C'est une zone où la navigation est délicate qu'il faut parcourir quelque temps à marée haute pour identifier et mémoriser les alignements qui permettent d'y naviguer à marée basse.
Il faut aussi un bon Pilote côtier. Personnellement j'utilise le "French Pilot" de Malcolm Robson car les alignements y sont illustrés par des croquis plus faciles à utiliser que des photographies.
Enfin, la ville de Roscoff est très belle mais à pieds elle est loin du port.

De Roscoff à l'Aber Wrac'h le mardi 15 juillet.

Départ à 9h30 après avoir fait le plein de gazole.
Il bruine et il n'y a pas de vent.
Ce sera une journée de moteur à 5 noeuds, paisible, mais bruyant.
Passage par le canal de Batz. Au moteur et à marée haute c'est facile !
Comme on a quitté Roscoff à marée haute pour avoir le courant au cul, on arrive à l'Aber Wrac'h à marée basse.
Petit calcul de marée en approchant de la malouine : hauteur = environ 1m.
Il faut faire le tour par le Libenter car je ne tente pas le passage de la Malouine si la marée n'est pas au moins à 2m, voir les explications sur la page consacrée à l'Aber Wrach.
Arrivée au ponton à 15 h en même temps que le soleil, après 6h30 de moteur et 9 litres de gazole. Un peu plus tard un petit vent de NW se lèvera.

Le matin au démarrage le démarreur n'avait pas tourné du premier coup, mais tout semble de nouveau OK après resserrage des cosses de batterie.
Mercredi 16 : repos.
Jeudi 17 vent ESE force 5 : un peu trop pour aller à Camaret. Je vais bientôt avoir essayé tous les restaurants du coin.

De l'Aber Wrac'h à Camaret le vendredi 18 juillet.

Départ à 9h45 à la fin de la marée montante et sortie de l'aber à la voile.
11h30 passage de la Basse Paupian au près serré babord amures, à 5.5 noeuds. Le courant de jusant n'est pas encore perceptible.
12h45 dans l'ouest du Four, le jusant commence à porter, louvoyage vers Valbelle
14h30 passe Valbelle
15h30 passe les Vieux Moines.
18h Le bateau est amarré au port du Notic.

Le retour à Dunkerque.

Départ de Camaret le dimanche 20 juillet.
Le climat n'a pas été favorable à la navigation à voile. Sauf pour l'étape Boulogne - Dunkerque entièrement sous spi. Le vent a été trop faible pour naviguer entièrement à la voile et le moteur a été utilisé dans toutes les autres étapes pendant au moins 50% du temps.
Peu d'évènements intéressants : quelques phoques devant les Linious, du brouillard au Four dont on ne voyait que le sommet.
Et puis aussi un Brittany Ferry remontant le Four vers le nord :


Un Brittany passe la Grande Vinotière devant Le Conquet.

 

Arrivée à Dunkerque le lundi 4 août à 20h40

 

Retour à la page précédente           Retour page d'accueil
Mise à jour le 16 février 2015