Bien que l'apparence de certaines espèces semble différente, les orchidées ont des caractéristiques communes qui sont décrites ici succinctement.

Partie souterraine

Trois types de parties souterraines sont distingués: les tubercules dont est équipée la plupart des orchidées de France, les rhizomes, sorte de tiges souterraines que l'on peut observer chez les Epipactis ou Cephalantera par exemple. Enfin Liparis et Hammarbya stockent leur réserve dans des pseudobulbes.

Partie aérienne

Comme chez les autres monocotylédones, la tige des orchidées n'est jamais ramifiée. Bien qu'elles soient très variables d'une espèce à l'autre, les feuilles présentent en général des nervures parallèles et sont disposées soit en rosette soit étagées le long de la tige. Elles peuvent aussi être réduites à des écailles. L'inflorescence est souvent disposée en épi et les fleurs sont accompagnées de bractées, petites feuilles de forme et de consistance variable.

La fleur

La structure des fleurs d'orchidées est symétrique bilatérale et comporte trois sépales, un dorsal et deux latéraux, parfois réunis en casque. Une des particularités des orchidées est que l'un des pétales est différencié en labelle de forme très variable selon les espèces et pouvant être divisé en deux parties articulées, l'hypochile et l'épichile. Le labelle porte souvent un éperon pouvant contenir du nectar.

Les fleurs d'orchidées sont en général hermaphrodite, les organes mâles sont réunis en une colonne ou gynostème comprenant les pollinies. Les organes femelles comprennent le stigmate, généralement situé sous la colonne, et l'ovaire localisé sous le périanthe.

Orchis provincialis                                  Ophrys aveyronensis

-------------------------------------------------------------------------------------

Serapias lingua                                  Epipactis helleborine

Retour Sommaire       (Contact : durbphil(at)numericable.fr)