LES VERBES DE MODALITE :

Accès directs :
Conjugaison Exemples Double infinitif Sens figuré

  1. Définition: Il s'agit de verbes qui s'emploient presque toujours avec un autre à l'intérieur de la même proposition. Ils expriment la modalité, c'est-à-dire la façon dont l'action se déroule (on veut faire ceci ou cela, on peut faire ceci ou cela, on aime, on doit le faire… ).
  2. Remarque: En dehors des six verbes de modalité proprement dits, il faut signaler que "sehen" (=voir), ainsi que "hören" (=entendre) et "lassen" (=laisser, ou faire) respectent aussi cette règle (on voit, on entend, on laisse quelque chose arriver ).
  3. Règle: Quand deux verbes se suivent, le deuxième se met à l'infinitif à la fin de la proposition (voir plus loin : le double infinitif).
  4. Conjugaison:
  5. Le verbe "hören" est régulier ; sa conjugaison ne pose donc pas de problème particulier.

    Les huit autres (sur les neuf verbes évoqués ) sont irréguliers ; voici leur conjugaison au présent (pour les autres temps, voir la liste des verbes irréguliers ) :

     

    dürfen

    können

    mögen

    müssen

    sollen

    wollen

    sehen

    lassen

    Ich

    darf

    kann

    mag

    muß

    soll

    will

    sehe

    lasse

    Du

    darfst

    kannst

    magst

    mußt

    sollst

    willst

    siehst

    läßt

    Er, sie, es

    darf

    kann

    mag

    muß

    soll

    will

    sieht

    läßt

    Wir

    dürfen

    können

    mögen

    müssen

    sollen

    wollen

    sehen

    lassen

    Ihr

    dürft

    könnt

    mögt

    müßt

    sollt

    wollt

    seht

    laßt

    Sie

    dürfen

    können

    mögen

    müssen

    sollen

    wollen

    sehen

    lassen

     

    avoir le droit

    être capable, savoir

    apprécier

    être obligé

    devoir, falloir

    vouloir

    voir

    laisser, faire

    Ces verbes ont aussi un sens figuré très souvent utilisé !

  6. Exemples:
  7. Ce soir, j'ai l'intention d'aller au cinéma : Heute abend will ich ins Kino gehen.

    Puis-je ouvrir la fenêtre, s'il vous plaît ? : Darf ich bitte das Fenster aufmachen ?

    Il faut que j'aille promener le chien : Ich soll den Hund spazieren führen.

    Savez-vous parler allemand ? : Können Sie Deutsch (sprechen) ?

    Je l'ai vue venir : Ich habe sie kommen sehen.

  8. Conjugaison: Le "double infinitif"
  9. Le dernier exemple, "je l'aie vue venir", contient en fait trois verbes (ai / vue / venir ) que l'on retrouve également en allemand : habe / kommen / sehen. La différence, c'est qu'en allemand les deux verbes (kommen et sehen) qui suivent l'auxiliaire se mettent à l'infinitif (et non un seul - venir - en français). Voilà pourquoi il est habituellement appelé "double infinitif".

    Voici quelques exemples supplémentaires pour vous faire la main :

    Il va de soi que la même règle s'applique au verbe hören (entendre) :

    Achtung ! Dans une subordonnée, l'ordre habituel des verbes est bouleversé : l'auxiliaire précède les deux verbes à l'infinitf !

    Ainsi, "Lorsqu'il l'a entendu arriver, il s'est levé" se traduira : "Als er ihn hat kommen hören", ist er aufgestanden."

    De même, "Comme elle avait du quitter la salle rapidement, elle s'était excusée" donnera : "Da sie den Raum schnell hatte verlassen müssen, hatte sie sich entschuldigt."

  10. Les verbes de modalité au sens figuré :

    Les 6 verbes expriment dans ce cas toutes les nuances de probabilité d'une action.

    nuance verbe exemple traduction
    quasi-certitude müssen er muß doch zu Hause sein Il doit (bien) être à la maison
    forte probabilité dürfen (subj. 2) er dürfte zu Hause sein Il devrait (sûrement) être à la maison
    possibilité können (subj. 2) er könnte wohl zu Hause sein Il est peut-être (bien) à la maison
    éventualité mögen er mag wohl zu Hause sein Il se pourrait qu'il soit à la maison
    "il paraît que ..." sollen er soll zu Hause sein Il parait (on dit) qu'il est à la maison
    "il prétend que ..." wollen er will zu Hause sein Il dit qu'il est à la maison

sommaire grammaire Sommaire Général écrivez-moi

.

(c) éric alglave 1998/2001