Le Tissage

AcceuilAteliers
L'atelier féminin . . .


Au début l’influence féminine était si importante que les maîtres réservèrent l’atelier de tissage aux Bauhausiennes, un préjudice qui ne gêna guère les étudiants masculins. La fabrication de tissus dans l’industrie était désormais automatisée, et le travail au métier à tisser, enseigné au Bauhaus, était destiné à la production de pièces uniques et chères, donc très peu rentable pour l’école.

En 1921 l’atelier eut son propre maître de forme : Georg Muche. Au début de l’année 1922 l’atelier comptait 22 étudiantes. Aucun certificat de compagnonnage ne leurs est accordé, et il faudra attendre le déménagement à Dessau pour que cela devienne possible. Les tisserandes participent largement à l’aménagement de la maison modèle Am Horn en 1923, avec leurs tissus d’ameublement et leurs tapis. Le bureau du directeur fut également décoré d’ouvrages tissés. En 1924 Gropius complimenta l’atelier en disant que c’était sans doute l’atelier de tissage le mieux équipé de toute l’Allemagne. Les produits finis appartenaient en droit au Bauhaus et non à l’auteur de l’œuvre.




A Dessau l’atelier du se rééquiper entièrement car Helene Börner, propriétaire de la plupart des machines de tissage, quitta le Bauhaus. Gunta Stölzl reprit les fonctions de maître artisan. Les tisserandes étaient connues pour leur insoumission, et les relations avec Muche se dégradèrent au cours de l’année 1926, il dut se résoudre à quitter le Bauhaus en avril 1927. Gunta Stölzl pris alors la direction de l’atelier, ce fut la première et unique jeune maître de l’école. Gunta Stölzl mis en place un programme entièrement nouveau, divisant l’atelier en une unité d’enseignement et un atelier de production. Les exercices avec de matières nouvelles prirent de l’ampleur pour proposer sur le marché des étoffes plus solides et moins coûteuse. Les exercices pratique du tissage manuel était répartis entre les métiers à tisser (à ratière et Jacquard), la tapisserie, et la fabrication de tapis, également dans la bonneterie et la teinturerie. Des modèles destinés à la production industrielle devaient êtres développés dans cet atelier.




L’arrivé de Hannes Meyer comme nouveau directeur de l’école marqua un nouveau tournant. Il exigea une révision complète de l’atelier : favoriser des tissus structurés qui devait davantage servir que décorer. Avant tout un travail géométrique du décor, jouant sur les oppositions de couleurs ou encore les contrastes entre le noir, le blanc et le gris. L’exemple le plus réussi est le tissu d’Anni Albers pour l’école de syndicat de Bernau (de Hannes Meyer) qui réfléchissait la lumière et absorbait les sons.





1er Aout 1930, arrivée de Mies Van der Rohe à la tête de l’école. Il engagea sa compagne Lilly Reich pour lui confier l’atelier d’équipement, auquel l’atelier de tissage fut intégré. A l’automne 1930, la Bauhausienne Otti Berger dirigea l’atelier provisoirement, Lilly Reich la remplaça en janvier 1932. Lilly Reich était peu appréciée dans cet ateleir, et malgré la diversité des disciplines proposées, le nombre des élèves de tissage ne cessa de baisser jusqu’à trois étudiantes en août 1932. La création du premier tapis monochrome réalisé par Alen Müller-Hellwig ne fut reconnue que tardivement, car il constituait une nouveauté. Alen Müller-Hellwig exécuta aussi plusieurs tissages pour Mies pour la maison Tugendhat et pour le Pavillon Allemand de l’exposition universelle de Barcelone.


Le Bauhaus doit, entre autre, à l’atelier de tissage l’idée d’associer création et réalisation. Gunta Stölzl reste la tisserande la plus connue du Bauhaus pour ses productions de qualité qui témoignent du travail effectué par l’atelier de tissage.