Histoire du Photo-Club Rouennais


Les débuts de la photographie à Rouen

logo PCR Le daguerréotype est apparu en France en 1839. Il durera jusqu'en 1855 avant de faire place aux tirages sur papier. C'est en 1846 que deux photographes ouvrent un atelier à Rouen : Thiebaud Witz, place des Carmes, et Louis Levasseur, rue Grand-Pont. De nouveaux photographes s'installeront dans les années suivantes et on comptera 15 ateliers en 1871.
Au décès de Thiebaud Witz, son fils Albert reprendra la succession de l'atelier. Portraitiste, il réalisera quelques 90000 photographies de rouennais. Une partie de ses archives retrouvée il y a quelques années a été déposée à la bibliothèque municipale de Rouen.
Espagnet La maison du photographe Espagnet construite en 1866 est toujours visible dans le haut de la rue Jeanne-d'Arc. Elle était ornée des statues de Niepce et Daguerre dues à Arsène Letellier. La statue de Daguerre ne survécut pas à la dernière guerre. Seul Niepce, le père de la photographie, contemple encore les Rouennais qui descendent la rue Jeanne-d'Arc.
Peu de photographes participaient aux expositions (Witz, Doesnard, Mme Breton) ou appartenaient à des sociétés (Mme Breton à la Société Française de Photographie en 1857, Albert Witz à la Société Industrielle en 1877). A Rouen, c'était la Société industrielle qui regroupait la plupart des photographes amateurs ou professionnels. La Société d'émulation de Seine-Inférieure joua un rôle également dans ce développement en organisant des expositions.
L'emploi du collodion nécessitait des temps de pose élevés. Les plaques de verre devaient être enduites au dernier moment et étaient d'un maniement particulièrement délicat. Les amateurs étaient par conséquent peu nombreux.
Il fallut en fait attendre l'apparition des plaques au gélatino-bromure d'argent en 1878 pour que la photographie devienne accessible à un plus grand nombre d'amateurs. Le 1/25e de seconde et la photographie « instantanée » deviennent possibles.
Mais, il n'y avait toujours pas de société exclusivement consacrée à la photographie...

Les débuts du Photo-Club Rouennais

Gadeau de Kerville

C'est dans un café de la rue des Charrettes, le café Dumaine, que le Photo-Club rouennais voit le jour le 9 septembre 1891. Les 21 membres présents élisent Henri Gadeau de Kerville président. Celui-ci est déjà un scientifique reconnu. Il est tout à la fois naturaliste, botaniste, géologue et entomologiste. Il sera l'auteur de nombreux livres. Sans doute voit-il dans la photographie un moyen d'inscription documentaire. Il sera également président de la Société des Amis des Sciences Naturelles.
Le vice-président est Nicolas Oberlender, le trésorier, Adrien Bonnet, le secrétaire, Auguste Monnier et le secrétaire-adjoint, Raoul Layer.

A partir de 1892, le club s'installe dans des locaux qu'il loue au 43, rue de la République. Trois vitrines dans le couloir d'entrée permettaient d'exposer des photographies en permanence. Au rez-de-chaussée se trouvaient un laboratoire et un petit salon avec une bibliothèque. Au premier se trouvaient un atelier et un petit labo avec l'eau et le gaz. Les locaux sont inaugurés le 16 juillet 1892.
Le président est ensuite un fonctionnaire supérieur des Douanes, Hippolyte Adnesse, et le vice-président est l'imprimeur Jules Lecerf.
La première décennie du club fut la période scientifique, sans doute marquée par l'influence de son président. Une commission des essais teste les nouvelles plaques et pellicules. Le photo-club adhère à l'Union Internationale de photographie.
Dès les premières années des excursions autour de Rouen sont organisées : les Andelys (1892), Orival (1894)...
En 1894, le président est Abel Buguet, professeur au lycée Corneille, et le secrétaire, Louis Chesneau.
Le club est rejoint par Albert Marguery puis en 1895 par Maurice Lucas.
En 1895, le premier numéro d'un bulletin de qualité consacré à la photographie, Normannia, sera édité par l'imprimeur Lecerf. Ce sera malheureusement le seul numéro.
En 1896, Abel Buguet est reconduit président, Louis Chesneau vice-président. Albert Marguery est élu 2ème vice-président, Lebert trésorier et Maurice Lucas secrétaire.
Il existe une commission artistique et une commission scientifique. Ce sera la période scientifique du club avec Abel Blanchet.

Les années Marguery
A partir de 1900, sous la présidence d'Albert Marguery, les membres exécutent des tirages d'expositions sur papiers platine, bromoïls, gommes bichromatées et tirages Fresson.
Né à Rouen en 1851, Albert Marguery sera une personnalité importante du club. Son père était photographe amateur dans les années 1850. Lui-même pratiquera très jeune la photographie. Il publiera des photolithographies en 1874 dans l'Artiste Normand et ne cessera de publier jusqu'à sa mort. Il se sert de la photographie pour témoigner de la destruction des monuments sous le second Empire et la troisième République. Ses sujets favoris sont les monuments et les œuvres d'art, plus rarement les portraits.

Les photographes les plus marquants dans les premières années du Photo-club seront Nicolas Oberlander, Louis Chesneau, Albert Marguery, Maurice Lucas et Jules Lecerf.
En 1904, Maurice Lucas est élu vice-président, René Duval secrétaire et Alexandre Féron secrétaire-adjoint. Sont réélus Albert Marguery président, Ludovic Petit vice-président, Léon Mégard trésorier.
En plus des commissions artistiques et scientifiques, il existe une commission des projections, une commission du bulletin et une commission des excursions.

Les excursions du club sont suivies de projections. Certaines projections attirent jusqu'à 500 spectateurs. Elles ont lieu dans l'amphithéâtre de la Faculté des Sciences (devenu aujourd'hui le théâtre des Deux Rives). D'autres eurent lieu également au vélodrome de Rouen.

Louis Chesneau (Rouen 1855- Rouen 1923) est l'un des 21 membres fondateurs du club en 1891. Il en sera le secrétaire du club de janvier 1892 à novembre 1894 puis le vice-président de décembre 1894 à décembre 1904. Adepte du reportage, il fera de nombreux instantanés sur les événements de la vie rouennaise.

On trouvera donc au début deux courants au sein de la société: les excursionnistes, adeptes de la photo de reportage et de l'instantané, et les pictorialistes, qui cherchent à rapprocher la photographie de la peinture. Dans les premières années, des excursions sont régulièrement organisées dans les sites touristiques et pittoresques de la région. 

En 1908, les membres du club réalisent leurs premiers autochromes. Ce sont les premières photographies en couleur. La plaque de verre est recouverte de grains de fécules de pomme de terre colorés en bleu, rouge et jaune et d'une solution sensible. Le procédé des frères Lumière donna naissance à une rivalité et une émulation entre l'école de Déville (Marguery, Monfray, Hennetier, Hinfray, Michel et Armand) et l'école de Rouen (Jean Lafond, Payenneville, le Dr Delabost, René Duval).
En 1914, le Photo-Club Rouennais organise le congrès de l'Union des Sociétés Photographiques de France.

En 1925, la Société emménage dans les locaux de la Société industrielle. Elle dispose d'une grande salle pour ses réunions, d'une bibliothèque ainsi que d'un atelier et d'un laboratoire.
Les femmes ne seront admises aux séances de la Société qu'en 1926 !
En 1927, le président Albert Marguery démissionne pour raisons de santé après 26 années à la présidence de la Société. La société compte alors 41 membres. Il sera remplacé par Léon Lenouvel (1891-1940), directeur de l'Ecole des Sciences de Rouen. Celui-ci sera président pendant deux ans, date à laquelle Fernand Soudet lui succède. Une brochure sur Albert Marguery est éditée.
En 1929, Robert Dasché présente un nouvel appareil, le Leica de la maison Leitz, qui utilise des films perforés de cinéma.
Fernand Soudet, décédé en 1930, sera remplacé dans ses fonctions par le docteur Robert Delabost (1872-1947). Celui-ci était également président de l'Aéro-club de Normandie.
Le club se développa grâce à des excursions organisées par le dynamique secrétaire Louis Levrat.
En 1932, le club compte 195 membres.
Une section cinématographie est même créée en 1935.
En 1937, c'est Bernard Lefebvre qui devient président.
Le 13 février 1937, le Photo-club rouennais réalise la première projection en salle publique d'un film 16mm sur grand écran. La projection du film Les Heures sur la neige présenté par Bernard Lefebvre et Robert Dasché a lieu au cinéma Normandy sur un écran de 6,25m de base à 28m du projecteur. 

La société devra interrompre ses activités pendant la guerre. Le docteur Delabost réussira à sauvegarder le matériel.

On note dans les membres également la présence du commandant Quennedey (1868-1938). Ce militaire se fixa à Rouen et se passionna pour l'architecture des maisons à pans de bois de notre ville. Il présidera l'Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres en 1920. Il sera président de plusieurs sociétés : la Société des Amis des Monuments Rouennais, la Société Normande d'Etudes Préhistoriques et la Société d'Emulation de la Seine-Inférieure. Il est l'auteur de l'Habitation rouennaise et de nombreuses publications. Il réalisera quelques 5000 clichés des maisons de Rouen déposés aux Archives départementales. Il s'intéressera également au procédé autochrome.

C'est Robert Dasché (1907-1988), expert-maritime, qui assurera les fonctions de président de 1941 à 1963. 
Très bon technicien de la photographie et du cinéma, il réalisera également des films médicaux et chirurgicaux.

Une figure du club : le chanoine Prévost (1884-1984), curé de Saint-Maclou. Grand voyageur, il fit une conférence au Photo-Club Rouennais sur la Norvège en 1940.

Un autre pilier du club : Robert Eude (1899-1965), chef de service aux Anciennes Mutuelles et membre de plusieurs sociétés rouennaises. Il sera secrétaire du Photo-club rouennais de 1932 à 1964.

Ellebé
Bernard Lefebvre sera président du club de 1937 à 1941 et de 1963 à 1977.
Bernard Lefebvre, dit Ellebé, sera correspondant de la revue l'Illustration de 1927 à 1940. Pendant la guerre, il sera le premier photographe français à approcher en France Libre le général de Gaulle et le capitaine Leclerc. Il sera chef du service photographique du Commissariat aux colonies et du gouvernement provisoire de la République en 1944. En 1945, il organise le service photographique de Paris Normandie. En 1949, il fonde « Photo Ellebé »  place Beauvoisine.
Il sera membre du Groupe des Sept, un collectif de photographes qui réalisera plusieurs expositions au début des années cinquante. Celui-ci était constitué de Burchell (Charles Delacaize), Gilbert Robillard (PCR) puis le docteur Robert Delabos, Bernard Lefebvre (PCR), Raymond Journeaux (PCR), Emile Guérin, Lucien Legras et Philippe Rougelin.

En 1952, le club fète son soixantenaire avec une exposition de photographies au musée des Beaux-Arts de Rouen inaugurée par le ministre de l'Education nationale, André Marie.

En 1963, la section photographie-optique de la Société industrielle de Rouen présidée par Bernard Lefebvre rejoint le Photo-Club Rouennais alors présidé par Robert Dasché.

A partir de juin 1966, les réunions ont lieu dans le nouvel hôtel des Sociétés savantes, rue Beauvoisine.

Une exposition sur la photographie fut présentée au muséum d'histoire naturelle du 24 avril au 10 mai 1970. Les collections de photographies et d'appareils de Bernard Lefebvre et de Robert Dasché y étaient présentées.

Ellebé voulu fonder un pavillon de la photographie dans le parc naturel régional de Brotonne. Le projet sera abandonné en 1974. Une partie de son importante collection a été donnée aux Archives départementales de Seine-Maritime et au musée Nicéphore Niépce de Chalon-sur-Saône.

Depuis 1977
En 1977, René Capelle accepte de reprendre la présidence...« par intérim ».
Les réunions se tiennent alors à l'Hôtel des Sociétés Savantes au 190 rue Beauvoisine.
Depuis, les membres du club se distinguent régulièrement dans les concours de l'Union Régionale d'Art Photographique de Haute-Normandie et de la Fédération Photographique de France.
En 1995, le club redéménagera une fois de plus pour s'installer à la Maison des loisirs Louis Thubeuf (ex cercle Saint-Gervais).
Aujourd'hui, les réunions ont lieu à la Maison des associations.

© Arnaud Serander



Le bureau du Photo-club Rouennais (1891-2014)
Présidents d'honneur : Henri Gadeau de Kerville, Albert Marguery, Léon Lenouvel, Dr Robert Delabost, Bernard Lefebvre, Robert Dasché, René Capelle.
Présidents : Henri Gadeau de Kerville (1891-1892), Hippolyte Adnesse, Abel Buguet, Albert Marguery (1900-1927), Léon Lenouvel (1927-1929), Fernand Soudet (1929-1930), Dr Robert Delabost (1930-1937), Bernard Lefebvre (1937-1941), Robert Dasché (1941-1951), Bernard Lefèbvre (1951-1977), René Capelle (1977-2000), Arnaud Serander.
Vice-présidents : Nicolas Oberlender, Jules Lecerf, Louis Chesneau-Lethuillier, Albert Marguery, Gustave Quesnel, Etienne de Batz, Ludovic Petit, Maurice Lucas (-1920), René Duval (1932), Albert Monfray, Fernand Soudet (1927), Louis Levrat, Marcel Balesdent, Maurice Dubost-Lettré, Omer Apercé, Robert Dasché, Roger Gresland, M. Fleury, Robert Eude, Jacqueline Peltier (-1983), Raymond Marie (1984-2003), Noël Stéphant (2000-2010), Romain Flohic.
Secrétaires : Auguste Monnier, Louis Chesneau-Lethuillier, Abel Blanchet, Maurice Lucas, René Duval, Alexandre Féron, Pierre Bidault, J. Louvel, Jules Etard, Paul Risler, Alfred Poisson, Louis Levrat, Marcel Balesdent, Pierre Leblond, Robert Eude (1932-1964), M. Loisel (1950), Bruron (1955-1956), Barette (1966), René Capelle (1967-1974),, Jean Dominé, Raymond Marie, René Capelle, Anne Garcia, Marie-Odile Sos, Philippe Alliet, Héloise Maurouard, Benjamin Prieur, Jean-Philippe Prieur, Christian Ducher.
Trésoriers : Adrien Bonnet, Charles Lebert, Léon Mégard, Gustave Mégard, Omer Apercé (1932), Albert Leblond, Robert Viel, M. Hurard (1950), Loisel (1955-1956), Nivremont (1966), H. Dubos (1967-1977), Jacques Duchesne (1977-2010), Guy Gourlain (2010-2011), Jean-Louis Frémont.

Bibliographie :
Bulletin du Photo-club rouennais.
Normannia, 1895.
Excursions, Photo-club rouennais, 1901.
La Photographie, de tout... un peu, Muséum d'histoire naturelle, Rouen, 1970.
Almanach de Rouen.
René Capelle, « Photo-club rouennais ou la vie d'un centenaire », in France Photographie, n° 123, octobre 1991, p. 39-41.
Robert Eude, « Les origines de la photographie et ses développements à Rouen », in Précis analytique des travaux de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen pendant l'année 1963, 1964, p. 29-46.
Louis Chesneau, Les Cahiers du CPN, n° 2, avril 1996.
La Révolution de la photographie instantanée 1880-1900, Bibliothèque nationale de France/Société française de photographie, 1996.
Plaisirs en Seine...le regard de Louis Chesneau, Musée de la marine de Seine, Caudebec-en-Caux, 1998.
Frédéric David et Didier Mouchel, La Seine-Maritime il y a bientôt 100 ans, éditions Alan Sutton, 1998.
Didier Mouchel, « Archéologie du photoreportage. Une séance de projection de Louis Chesneau », in Etudes photographiques, n° 11, mai 2002, p. 68-91.
Didier Mouchel, Louis Chesneau un photographe amateur, le voyage à Saint-Sever en 1899, éditions Point de vues, 2002.
Didier Mouchel, Les Vieux Arbres de la Haute-Normandie, Henri Gadeau de Kerville photographe, éditions Point de vues, 2004.
Portraits d'arbres, Henri Gadeau de Kerville au regard de la photographie contemporaine, éditions Le Point du Jour, 2004.
Etudes photographiques, n° 13, juillet 2003, p. 161-162.
Guy Pessiot, Histoire de Rouen, éditions du P'tit Normand.
Le Grand Livre des Rouennais, Rouen, éditions du P'tit Normand, 1983, p. 62, 134.
Jean-Jacques Henry, Photographie, les débuts en Normandie, 1989.
F. Soudet, Albert Marguery, artiste photographe, Photo-club rouennais, Rouen, Lecerf, 1929.
Bulletin des Amis des Monuments Rouennais, 1958-79, p. 59, 147 ; 1990-91, p. 42.
Ghilaine Lhermitte, Le Quartier Jouvenet à Rouen, 2 siècles d'histoire, 1997, p. 219-220.

Retour vers la page d'accueil