L'Association

du GERSAR

 

L'Art Rupestre

Activités

Actualités

Publications

Liens

Contacts 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Comptes-rendus

des sorties effectuées :

 

 

 

 

 

 

 

Découvertes

récentes :

  

 

 

 

 

 

 

 

 

En raison du COVID-19 et des mesures sanitaires prises par le gouvernement nous avons du annuler nos sorties du 1er semestre 2020.

Les membres du bureau du GERSAR ont poursuivi leurs réunions en visioconférences.

Le Cahier GERSAR n°8 : Les abris gravés du massif des Trois Pignons - Partie Seine-et-Marne - (Achères-la-Forêt, Arbonne-la-Forêt, Le Vaudoué, Noisy-sur-Ecole) a été publié - 3e réédition actualisée, entièrement revue, corrigée et complétée. Voir sur notre site la page Publications.

Après le Bulletin Art Rupestre n°74 paru en début d'année, l'association fera paraître prochainement un deuxième Bulletin Art Rupestre n°75.

Depuis l'ouverture des forêts, les prospections et les études sur le terrain ont repris.

Nous espérons pouvoir à nouveau proposer des sorties au cours du 2e semestre et montrer les gravures dans de bonnes conditions. Nous vous tiendrons informés des lieux, des dates et des modalités de déroulement suivant l'évolution des recommandations gouvernementales.

Dans cette période difficile pour tout le monde, nous tenons à vous remercier de continuer à soutenir les actions du GERSAR.

Pour renouveler votre cotisation et pour les futurs adhérents :

Coupon d'adhésion Cliquer ici - Cotisation 20 € (Bulletin Art Rupestre inclus)

 


 Les sorties GERSAR du 1er semestre 2020

Dimanche 29 mars: Maisse, les abris gravés des Friches de Rivière.

Rendez-vous à 10 h devant la gare de Maisse.

Sortie de la journée. Vivres tirées du sac.

Dimanche 10 mai: Larchant, secteur Dame Jouanne est.

Rendez-vous à 10 h sur le parking face au Chalet Jobert.

Sortie de la journée. Vivres tirées du sac.

Dimanche 14 juin: Maisse, les abris gravés de Tramerolles.

Rendez-vous à 10 h à l'entrée du terrain de sport au sud de Maisse, sur la D449.

Sortie de la journée. Vivres tirées du sac.

Les participants aux sorties du GERSAR, adhérents et invités, sont couverts par  leurs assurances personnelles et assument la responsabilité d’éventuels accidents dont ils pourraient être la cause ou la victime. 


Charte de bonne conduite pour les abris gravés.

Les abris gravés constituent un patrimoine rupestre exceptionnel et fragile. Participez de préférence à des visites raisonnées organisées pour le découvrir.

Adaptez ces précautions indispensables à la sauvegarde des sites:

- Ne pas frotter les parois gravées avec vos vêtements et chaussures. Ne pas marcher sur les gravures au sol.

- Ne pas mettre du sable (très abrasif) sur les gravures. Si vous devez retirer des saletés, utiliser une brosse ou un pinceau très souple.

- Ne pas bivouaquer ni allumer de feux devant ou dans les abris: la chaleur fait éclater les parois et la combustion noircit toute la cavité, (il est rappelé que les feux sont strictement interdits dans les forêts du massif de Fontainebleau).

- Si vous trouvez des abris dégradés par des tags récents, n'essayez pas de les nettoyer, veuillez les signaler sur le site du GERSAR.

- Pour les adeptes du "Géocatching" évitez les abris gravés. Cette activité attire des personnes non sensibilisées à ce patrimoine vulnérable à la fréquentation.

- Ne pas diffuser la localisation des abris gravés.

Prenez aussi des précautions pour vous-même:

- Attention aux tiques, quelques cas de maladie de Lyme sont signalés en Île-de-France.

- Attention aux animaux - vipères, blaireaux, voire sangliers - susceptibles d'être présents dans les abris ou à proximité et de présenter un véritable danger.


 

Rencontre avec des scientifiques américains.

A la fin de l’année 2019, sur la proposition de l'association des Amis de l'Art Rupestre Saharien (AARS), le GERSAR a rencontré 5 scientifiques américains de Californie et d'Arizona (Western Rock Art Reserch)  afin de leur faire connaître l'art rupestre du Massif de Fontainebleau et de partager entre autres sur la problématique de la protection des sites en milieu touristique. Pendant 3 jours, il leur a été présenté différents exemples de l’art rupestre bellifontain représentatifs des diverses époques en évoquant leurs vulnérabilités face à la fréquentation.

A noter que, parmi ces scientifiques, se trouvaient Leigh Marymor (association BARARA), organisateur d'une grande base documentaire internationale, ainsi que John Harman créateur du logiciel DStretch qui nous a permis de grandes avancées sur la peinture du Croc-Marin.

Les visites ont été effectuées avec l’aimable et efficace collaboration de plusieurs intervenants : guides, représentants d'organismes partenaires et accompagnants. En particulier, Sylvain Hervé (association culturelle de Larchant et Société Archéologique de la région de Puiseaux) a couvert la première visite; Bruno Personnat (Amis de la Nature) nous a guidés autour de la ferme du Coquibus;  Sébastien Perruchet (base de loisirs de Buthiers) nous  a ouvert l’accès à la grotte de la hache désormais protégée, tandis que Jean-Yves Lacroix, Maire de Buthiers, a offert le pot de l’amitié. Enfin, le musée archéologique de Nemours nous a réservé un accueil chaleureux. 

Les échanges ont été fructueux renforçant ainsi les liens entre le milieu scientifique américain et le Gersar. Les visites se sont déroulées dans un climat très convivial et les retours épistolaires de nos visiteurs indiquent qu’ils ont été enchantés de leur séjour.


Projet d'extraction d'un bloc gravé à Larchant.

Au cours de ses fouilles à l’entrée de « La Grotte à la Peinture » à Larchant, Jacques Hinout découvrit en 1981 une grosse dalle de 2-3 tonnes visiblement détachée d’une paroi proche, reposant au contact d’une couche mésolithique, et gravée sur trois faces. En 2008, Alain Bénard et Laurent Valois l’exhumèrent à nouveau pour compléter le relevé des deux faces alors visibles de ce « monolithe » qui joue un rôle important dans l’attribution d’une part de l’art gravé du massif de Fontainebleau à l’époque des derniers chasseurs. Pour cette raison, le projet collectif de recherche (dir. Boris Valentin, université Paris 1) financé par la DRAC Île-de-France affiche parmi ses objectifs, en collaboration avec le GERSAR, la numérisation totale de cette dalle pour étudier de près les motifs et vérifier aussi comment elle se raccorde à la paroi. Pour cela, il faut l’extraire, ce qui permet aussi de la valoriser, et l’équipe municipale de Larchant souhaite désormais l’exposer auprès de la salle de La Sablonnière. C’est pourquoi une première ré-exhumation partielle de la dalle a eu lieu le 17 octobre 2019 de façon à ce que les corps de métier compétents estiment le coût du levage, du transport, de la numérisation et de l’exposition dans de bonnes conditions de conservation. On espère que l’extraction définitive pourra avoir lieu en 2020 quand les subventions auront été réunies.


Le Gersar au Forum des Associations de Milly-la-Forêt (7 septembre 2019)


Reproduction en 3D de gravures de Fontainebleau

Lors d'une conférence donnée en la maison du Parc Naturel Régional du Gâtinais à Milly-la-Forêt, nous avons présenté une opération d'enregistrement en 3D d'un panneau gravé particulièrement remarquable. Menée en collaboration avec l'Université Paris 1 et des techniciens de haut niveau en imagerie informatrique, cette campagne outre son aspect conservatoire, apporte des méthodes nouvelles d'études des gravures. Elle sera poursuivie en 2019.


Suite à la sortie du 21 octobre 2018, Samuel Praizelin, membre du GERSAR a réalisé une modélisation 3D du panneau gauche de l'abri du Rocher des Potets.

 

Cliquer sur l'image:


Participation du Gersar au congrès UISPP 2018.

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 12 place du Panthéon (salle 14) le 5 Juin à 15h20.


Photogrammétrie dans les abris ornés de Fontainebleau

Cette technique, à l'aide de multiples photographies d'un ensemble gravé, prises sous des angles différents, permet d'obtenir, après traitement informatique, une vision en 3D de ces gravures et ainsi  discerner leurs différentes profondeurs afin de déterminer leur ordre de succession dans les cas de superpositions. Cette information permet de donner un indice d'antériorité ou de postériorité entre des gravures enchevêtrées qui par leur style apparaissent chronologiquement hétérogène. Aurélia Lureau, doctorante à l'Université de Paris 1 sous la direction du professeur Boris Valentin, a mené cette opération dans les abris du Coquibu 3 à Milly et de la Touche aux Mulets en forêt de Fontainebleau.


Un nouveau relevé à l'abri de Haute Pierre 8 à Milly-la-Forêt.

Cette opération a concerné une partie des gravures disposées au sol. Nous avons en effet des sillons qui présentent  la particularité d'être surchargés par d'autres. Cette observation, sans être unique, est rare dans le contexte de l'art rupestre de Fontainebleau. Des hypothèses concernant cette disposition seront présentées dans notre prochain bulletin.


Relevé en 3 dimensions de l'abri des Pentes du Marchais n°1 de Larchant.

Cet abri orné a été publié dans notre dernier bulletin. Il présente une singularité unique à ce jour dans l'art rupestre du sud de l'Ile-de-France sous forme d'un palimpseste séparant deux phases de gravures. L'examen visuel utilisé pour la publication nous a semblé insuffisant et nous avons demandé à Medhi Belarbi et à Pascal Raymond de l'INRAP de réaliser un relevé en 3 dimensions de façon à affiner la perception de ce palimpseste et améliorer la qualité du relevé par une meilleure individualisation des deux phases gravées.


Relevé de l’abri orné du Rocher de Chatillon 4 à Boutigny-sur-Essonne.

Nous venons de réaliser le relevé intégral de l'abri orné du Rocher de Chatillon 4.

Malgré de nombreuses desquamations naturelles de ses parois, cet abri recèle encore des gravures abondantes et remarquables. Outre les sillons et quadrillages habituels dans l'art rupestre de Fontainebleau, nous avons une gravure de hache, une représentation humaine curieusement associée à des sillons abstraits et une tête animalière aux grands yeux - possible oiseau de nuit. Le plus énigmatique de l'abri est une surface polie "à glace" avec sillons également polis qui a été découverte.


 

Relevé de l’abri orné 1 des Pentes du Marchais à Larchant - Seine-et-Marne.

 

 

Une équipe du GERSAR vient de réaliser le relevé de l’abri orné 1 des Pentes du Marchais qui a permis de mettre en évidence trois phases dans l'exécution des gravures.

Une première phase est constituée d’une série de sillons évasés puis la surface rocheuse à été régularisée, comme poncée, pour recevoir une deuxième série de gravures représentées essentiellement par de grands cruciformes. Une troisième phase constituée d’un ensemble de gravures fines obtenue par la technique linéaire se superpose aux deux précédentes.

Cette technique de palimpseste observée entre les deux premières phases de gravure est unique à ce jour dans l’art rupestre du sud de l’ïle-de-France.


Relevé de l'abri orné de la Vallée Gommier 1 à Bouray-sur-Juine - Essonne
Ce très riche abri orné signalé dès 1912 et classé à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques a fait l'objet d'une opération de relevé intégral par une équipe du GERSAR composée d'Alain Bénard, Christian Marchive et Laurent Valois. Particulièrement inconfortable pour l'équipe de relevé, l'abri est néanmoins très intéressant par la variété et l'abondance de son ornementation : représentation humaine, "vulve", plusieurs cruciformes cupulés, triangles composites ... sans compter les gravures classiques ... sillons, quadrillages, cupules ... Ces relevés seront publiés dans le prochain bulletin Art Rupestre.

Cette opération a bénéficié d'une subvention du Conseil Général de l'Essonne.


A Trézan, hameau de Malesherbes dans le Loiret, M. Lejour a découvert une dalle ornée dans une propriété privée.
Une équipe constituée de membres de la Société Archéologique de Puiseaux, M. Delaunay, D. Godeffroy, E. Fortier et M. Lejour, ainsi qu'A. Bénard pour le GERSAR, a dégagé cette dalle et découvert un ensemble de gravures de haches ainsi qu'une représentation animalière. Le résultat de cette opération sera présenté dans notre prochain bulletin. Les gravures de haches présentent une nette similitude avec ce que nous trouvons sur certains mégalithes comme le dolmen du Berceau à Saint-Piat en Eure-et-Loire ou le tumulus de Dissignac en Loire-Atlantique. Une attribution chronoculturelle de cette dalle ornée au Néolithique est donc possible.


 

Relevé de l'abri des Hautes Communes à Chamarande, Essonne.
Une équipe du GERSAR composée d'Alain Bénard, Christian Marchive et Laurent Valois vient de réaliser le relevé intégral de l'abri orné du Bois des Hautes Communes à Chamarande, abri orné dès plus anciennement connu puisque signalé par G. Courty en 1902.

Cet abri de type géodique très ouvert, nous montre au sol un ensemble gravé de grande qualité, avec en particulier plusieurs quadrillages cupulés, repré-sentations peu fréquentes dans l'art rupestre de Fontainebleau. Nous avons également et entre autres, un quadrilatère cupulé et une double enceinte. Cette dernière représentation, voisine de nos célèbres triples-enceintes, est peu fréquente et va faire l'objet d'une étude spécifique.

 

 

 Haut de page